L’affaissement postérieur de l’occlusion

Merci de voter pour cet article

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (6 votes, moyenne: 5.00 sur 5)

Loading...

Les molaires; piliers de l’occlusion

  • La dentition et l’occlusion ont une position tri-dimensionnelle normale ou optimale qui permet aux mâchoires de fonctionner convenablement. Dans la dimension verticale, on réfère à la “hauteur verticale d’occlusion” la position en hauteur des arcades dentaires. Cette position est maintenue par la position des dents. Les molaires agissent un peu comme les piliers qui supportent dette dimension et l’occlusion.
  • Lorsque des dents postérieures sont perdues, plus particulièrement des molaires, il y a perte de dimension verticale de l’occlusion dans la région postérieure. Il se produira avec le temps une réaction en chaîne menant à des déplacements dentaires sur toute l’arcade, ce qui peut perturber grandement l’occlusion et la fonction.
Les molaires agissent comme les piliers de l'occlusion
  • Cette perte de dimension peut avoir plusieurs causes mais la plus commune est la perte de dents suite à des extractions. Lorsqu’une molaire postérieure, est perdue, cela perturbe l’équilibre subtil qui maintient les dents en places en trois dimensions. La position stable des dents est déterminée par la somme des forces qui agissent sur ces dernières. Ces forces proviennent de la relation des dents entre elles au repos et pendant la fonction (occlusion, mastication, interférences entre les dents pendant la fonction, etc.), de la musculature (langue, joue, lèvres) et de toute autre force externe pouvant agir sur les dents.
  • La perte d’une dent, laisse un espace dans l’arcade dentaire. Cet espace brise l’équilibre dans la relation des forces qui maintiennent les dents stables. Ceci permet alors aux dents arrières de migrer en basculant vers l’avant. Les dents devant l’espace peuvent aussi basculer vers l’arrière et les dents opposées (dans l’arcade supérieure) peuvent alors “s’allonger” en migrant verticalement vers l’espace d’extraction.
  • Une séquelle de ces mouvement dentaires est de diminuer la “hauteur verticale de l’occlusion”. La perte de dimension verticale à l’arrière aura un effet direct sur l’occlusion antérieure en augmentant le contact entre les incisives et leur force entre elles lorsqu’elles se contactent. Les incisives inférieures exercent progressivement plus de force sur les incisives supérieures et cela les déplacera vers l’avant. Il en résultera une augmentation du surplomb vertical et horizontal et des espaces apparaîtront entre les incisives supérieures. À mesure que les incisives supérieures avancent elle deviennent plus horizontales. Si ce phénomène continue à progresser les incisives peuvent migrer à un point tel qu’elles ne se touchent plus et les incisives inférieures deviennent en occlusion avec la gencive derrière les incisives supérieures.
  • Le contact entre les dents et la gencive traumatise la gencive qui devient enflammée et douloureuse. La personne affectée tend alors à moins nettoyer cette région sensible ce qui permet alors l’accumulation de plaque dentaire qui, à son tour, contribue à l’inflammation gingivale. Avec le temps cette inflammation progresse au point d’affecter l’os alvéolaire entourant et supportant les dents (parodonte). Le niveau d’os diminuera progressivement mais immanquablement, même si ceci peut prendre plusieurs années.
L'affaissement posterieur de l'occlusion, posterior bite collapse, et malocclusion dentaire.

Lorsque le parodonte est ainsi affaibli, les dents deviendront progressivement mobiles car les tissus affaiblis qui le entourent doivent continuer à  supporter les même forces d’occlusion et de fonction.  Autrement dit, les forces exercées sur les dents étaient jadis considérées comme “normales” et bien supportées ou tolérées par l’occlusion et des tissus sains. Ces mêmes forces sont maintenant devenues trop importantes pour cette même dentition qui est maintenant moins bien ancrée dans un parodonte affaibli. Cette réaction en chaîne peut, dans les cas extrêmes, mener à la perte des dents antérieures (voir un exemple ci-dessous).

Séquence d’évènements menant à la perte de dimension verticale et à l’affaissement de l’occlusion

La perte de dents postérieures mène à l'affaissement postérieur de l'occlusion (posterior bite collapse)

L’affaissement postérieur de l’occlusion est un processus long et progressif qui cause des déplacements dentaires. (A et C) Normalement, les molaires supportent l’occlusion et la dimension verticale ce qui permet aussi de maintenir une relation stable entre les dents antérieures. (B) Suite à la perte de dents postérieures, les molaires commencent à basculer vers l’espace d’extraction. Ceci cause une perte de dimension ou hauteur verticale qui se traduit par l’augmentation de la force entre les incisives et l’augmentation du surplomb vertical et horizontal (D). (E) Le contact entre les dents migre progressivement vers l’arrière et les dents continueront à migrer jusqu’à ce que les incisives inférieures mordent dans la gencive, derrière celle du haut affectant aussi os et gencive.

 

Affaissement postérieur de l'occlusion (posterior bite collapse) suite  la perte de dents.

(A) Exemple classique de perte de dimension verticale et d’affaissement postérieur de l’occlusion. Suite à la perte de dents postérieures (indiquées par les *), les dents antérieures se surplombent progressivement et un diastème est apparu entre les incisives supérieures. (A à D) Les flèches indiquent des dents qui migrent suite à la perte des dents postérieures.

 

Comment prévenir l’affaissement de l’occlusion?

  • La solution pour éviter cette dégradation progressive est de stopper le processus de destruction en replaçant les dents qui ont été extraites et restaurer ainsi l’intégrité de l’arcade dentaire et ce, dès que les dents sont perdues (extraites). Cependant, si cela n’a pas été fait et que les dents ont migré avec le temps, il est indiqué de les replacer à leur position initiale afin de restaurer la dimension verticale originale qui a diminuée ou s’est affaissée. Ceci nécessite évidemment des corrections orthodontiques mais l’intervention du dentiste généraliste (ou d’un parodontiste) est souvent nécessaire pour contrôler l’inflammation et les problèmes parodontaux pendant les mouvements orthodontiques.
  • Ces corrections impliquent habituellement le redressement des molaires basculées et la réouverture des espaces qui se sont fermés partiellement avec la bascule des dents vers l’avant. Il est parfois possible de fermer les espaces d’extractions une fois les molaires redressées mais pas dans tous les cas.
  • Après les corrections, il est nécessaire de remplacer les dents manquantes pour stabiliser les corrections si les espaces n’ont pu être fermés pendant l’orthodontie.

La description du phénomène d’affaissement postérieur de l’occlusion (“posterior bite collapse“) démontre aussi que la “simple perte” d’une dent n’est jamais une chose banale et peut, à moyen ou long terme, avoir des conséquences importantes sur le reste de la dentition et l’occlusion en permettant le développement de malocclusions secondaires.

Le phénomène d’affaissement postérieur d’occlusion est chronique, prend des années à se développer et affecte donc principalement des adultes. Ces derniers sont souvent aussi affectées par des problèmes parodontaux ce qui complique davantage la situation.

Des cas particuliers qui requièrent une approche particulière

  • La correction de telles malocclusions requiert des techniques orthodontiques et des protocoles particuliers qui sont souvent très différents de ceux utilisés pour traiter des adolescents ayant toutes leurs dents et un parodonte intact. Les forces orthodontiques utilisées doivent être modifiées pour être supportées par un parodonte affaibli et refléter la condition parodontale et biologique particulière de ces patients.
  • Le fait de corriger de telles malocclusions a non seulement un effet bénéfique pour l’occlusion mais permettra une meilleure distribution des forces occlusales et un meilleur contrôle de la plaque donc une meilleure santé dentaire à long terme. Ces traitements nécessitent souvent une intervention inter-disciplinaire.
Usure dentaire sévère

(A) Cet homme dans la cinquantaine est un bruxeur chronique. L’incisive supérieure gauche était tellement mobile qu’elle est tombée (voir F). Cette dent avait un trou causé par la dent inférieure qui frappait toujours au même endroit. (B) Les incisives inférieures sont usées à 50-70%. (D, E) Aucune dent n’est épargnée par cette usure excessive sauf les dents qui ne touchent pas à une dent opposée.

 

(A) Femme de 50 ans ayant perdu plusieurs dents postérieures ce qui a causé une bascule des autres molaires avec les années (flèches). (B) L’orthodontie a permis de redresser les molaires dans une meilleure position. Ceci facilitera le travail du dentiste qui remplacer les dents manquantes après l’orthodontie.

 

(A) Dents postérieures basculées vers l’avant plusieurs années après à la perte d’une molaire chez une femme de 46 ans. (B) Les dents ont été redressées en orthodontie en les reculant vers l’arrière (flèche). Une fois l’espace obtenu, un autre spécialiste (parodontiste ou chirurgien) a posé 2 implants pour remplacer la molaire manquante. (C) Résultat final une fois que le dentiste généraliste a posé les couronnes sur les implants (flèches).

 

(A) Dentition d’un homme dans la cinquantaine qui est mutilée par l’extraction de plusieurs dents. Il reste peu de dents postérieures. Au cours des années, il y a eu perte de dimension verticale (affaissement postérieur de l”occlusion) de sorte que maintenant, les incisives se surplombent complètement et les prémolaires et molaires inférieures ont “remonté” jusqu’à mordre sur la gencive du haut (flèches). (B) Les corrections orthodontiques ont permis d’inverser cette tendance. (C) La correction de la malocclusion a restauré la dimension verticale. On remarque maintenant que les incisives sont dégagées et que les postérieures inférieures ne mordent plus dans la gencive supérieure. Le dentiste peut maintenant remplacer les dents manquantes à l’aide d’implants dentaires, ce qui était impossible lorsque l’occlusion était affaissée avant le traitement. (D) Des couronnes seront posés sur les implants (flèches).

Pour voir le résultat final de la réhabilitation prothétique de ce cas.

Extraction de dents et déplacement dentaires résultants.

Exemple de mouvement vertical extrême de dents postérieures plusieurs décennies après l’extraction de dents opposées et le non remplacement des dents par une prothèse dentaire.  Il y a eu une “perte de dimension verticale”. (A, C) Les prémolaires et une molaire ont été extraites de chaque côté à l’arcade supérieure ainsi que les molaires inférieures. Avec les années, les prémolaires inférieures on migré vers le haut tandis que la molaire supérieure s’est “allongée”. (B) vue de face. Un remplacement prothétique des dents manquantes aurait évité ces changements dans la position des dents qui n’avaient plus d’antagoniste à l’arcade opposée. Les corrections orthodontiques sont maintenant beaucoup plus compliquées!

Pour en savoir plus sur les implants dentaires.

Commentaires et/ou questions (45)

  1. Virginie dit :

    Utilisation de mini-vis d’ancrage temporaire pour redresser des molaires.
    Bonjour,
    J ai un cas chirurgical de classe 2 avec de fortes mesioversions molaires (37 et 47) 48 et 38 sont presentes. Je travaille en autoligaturant et pensais tenter le redressement molaire avec un nivellement sur arc continu en commençant par un fil rond léger. Néanmoins je doute du résultat et pensais peut être m’aider de minivis postérieures . Avez vous des exemples dans votre belle iconographie? Par avance merci!

  2. Malika dit :

    Perte de gencive suite à la perte d’une couronne
    Bonjour,

    le dentiste m’ a retiré les deux dent du haut de l’avant et depuis elle m’a mis des couronne mais le souci c’est que ma gencive juste au dessus s’est complètement affaissé on dirai qu’elle a fondu donc avec mes implant cela fait moche et ce me gène et j’ai peur que ce soit toute la gencive du haut soit entièrement affaissé.

    qu’est ce que je doit faire ?

    • Dr Jules dit :

      Vous devez en parler au dentiste qui a fait la pose de l’implant et de la couronne pour qu’il trouve la cause de cette récession gingivale et y apporte les correctifs nécessaires. Une couronne dont la marge empiète trop sur la gencive aura tendance à cause une perte de tissus qui rendra visible la marge de la couronne qui est souvent métallique et foncée.

  3. DANNA dit :

    Peut-on remonter une dent qui a descendu?
    Bonjour,
    suite à l’arrachage d une molaire du bas il y a environ 2ans et ayant tarder a mettre un implant celle du haut bien sur descend (dechausser)

    Ma question est simple est il possible de la rechaussée

  4. Dibernard dit :

    Changements dans l’occlusion et la relation des dents suite à l’extraction des dents de sagesse
    Bonjour,

    Suite à l’extraction de mes 4 dents de sagesse (semaines) j’ai eu un trismus coté gauche sur la mâchoire inférieure. (Apparemment fréquent après ce genre d’opération).
    Cependant lorsque je serre les dents seul les dents du fond coté droit se touche, toutes les autres ne rentre plus en contact.
    Avant l’opération des dents de sagesse tout allait très bien niveau serrage de dents.

    Que faire? mon dentiste me parle de gouttière..

    • Dr Jules dit :

      Il est possible que l’extraction des dents de sagesse ait légèrement déplacé les deuxièmes molaires e les faisant légèrement ce qui créé une interférence avec les dents opposées (probablement aussi des deuxièmes molaires). Ces molaires se touchent en premier lors de la fermeture de la mandibule qui arrête de fermer dès qu’il y a un contact postérieur.

      Sous toutes réserves, je crois que la chose la plus simple à faire serait de faire vérifier les “points de contacts” entre vos dents postérieures et les faire ajuster en faisant du meulage sélectif (ajustement d’occlusion). Parfois, ce simple meulage ou polissage diminuera les points de contacts, éliminera l’interférence verticale et permettra à la mandibule de fermer davantage jusqu’il y ait de nouveaux contacts antérieurs, comme vous aviez auparavant (ou similairement).

      L’utilisation d,Une gouttière ou plaque occlusale ne fonctionnerait que si elle est faite de façon à causer une force intrusive visant à “intruder” les molaires trop sorties qui causent le contact prématuré empêchant la fermeture complète de la mandibule. Une telle plaque devrait être portée à plein temps pour tenter d’obtenir l’Effet voulu. Si c’est l’approche que désirait utiliser votre dentiste, une façon plus simple serait probablement de simplement ajouter de légers blocs de composite sur les dents extrudées afin que les forces occusales “redescendent” (intrusion) les dents et éliminent les contacts trop forts. Nous utilisons souvent une telle approche pour traiter les cas de béance antérieure.

      La solution la plus simple et rapide serait probablement l’ajustement de votre occlusion par meulage sélectif.

      • Dibernard dit :

        Merci de votre réponse.
        Donc suite à un moulage dentaire, le dentiste ma indiqué que les pointes de mes dents du haut rentrer en contact avec celles du bas. Donc pointes contre pointes. Il me conseille me rendre chez un spécialiste de l occlusion.

        S ajoute à ça des douleurs du côté des deux seuls dents qui se touchent

        Donc j envisage me rendre à l hôpital pour éventuellement porter plainte car avant l extraction des dents de sagesse je n avais aucun problème.

        Que me conseilleriez vous?

        Merci par avance.

        • Dr Jules dit :

          Je crois qu’il vous sera ardu, pour ne pas dire impossible de prouver que votre occlusion actuelle ou vos symptômes son causés par l’extraction des dents de sagesse.
          Commencez par consulter un orthodontiste certifié.

  5. Natacha Garnier de Molènes dit :

    Les dentistes me disent qu’on ne peut “remonter” une dent

    Bonjour Docteur,

    J’ai lu avec intérêt vos articles. Je me trouve également dans le cas d’une molaire supérieure qui “descend”.

    En effet, la dent opposée a été extraite il y a une quinzaine d’années, et l’on ne m’a jamais dit qu’il fallait la remplacer le plus rapidement possible.

    Il y a deux ans, je suis allée voir une dentiste pour faire mettre un petit appareil amovible, et lui ai demandé s’il serait judicieux d’extraire la 45, qui était très versée vers l’intérieur de ma mâchoire inférieure, et ne proposait donc pas un contact suffisant aux dents opposées (en fait elle maintenait malgré tout la molaire supérieure à peu près en place).

    Elle m’a dit que c’était une bonne idée et l’a donc extraite. Aujourd’hui je m’en mords les doigts… Je continue de chercher des solutions, et la molaire supérieure continue de descendre.

    Les dentistes que j’ai consultés récemment semblent plutôt réticents à l’idée de faire remonter la molaire supérieure, car ils me disent que cela réussit rarement. Ils me parlent d’écrasement du nerf, d’abcès, etc.
    Et me conseillent plutôt d’abraser la base de la dent lorsque des implants seront posés, afin de retrouver un alignement correct.

    Qu’en pensez-vous ? Je peux vous adresser un panoramique daté d’août 2015, ou plus récent, le temps de le faire réaliser, si vous le souhaitez.

    Merci par avance pour votre aide.
    Bien cordialement à vous,
    Natacha Garnier de Molènes.

    • Dr Jules dit :

      Les dentistes qui vous ont dit ça ne savent pas de quoi ils parlent! Il est très possible d’intruder (remonter ou ingresser) une dent en orthodontie… si on prend les bons moyens. Et cela ne cause pas d’abcès ou n’écrasera pas un nerf!
      Vous verrez une façon simple de le faire dans la section sur les mini-vis d’ancrage.

      Pour en savoir plus sur l’intrusion à l’aide de mini-vis d’ancrage. Et voici un exemple :

      Un orthodontiste a des qualifications différentes de celles d'un dentiste. An orthodontist has different training and qualifications than a dentist.Consultez un spécialiste certifié en orthodontie (orthodontiste) pour en savoir plus sur votre cas (diagnostic, malocclusion, etc.) et quelles possibilités de traitement existent (traitement idéal, alternatives et compromis, pronostic, appareils, durée et coût du traitement, etc.).

      • Natacha Garnier de Molènes dit :

        Bonsoir Docteur,

        Merci pour votre réponse.

        En effet, j’ai enfin rencontré cet après-midi une dentiste qui me recommande vivement de faire de l’orthodontie avant tout autre chose, compte tenu de mon occlusion très basse et de l’état conséquent de mes dents.

        Elle m’a orientée d’emblée vers une orthodontiste paraît-il très compétente.

        Votre commentaire m’est bien utile et me redonne confiance pour la suite.

        Bien cordialement à vous, Natacha.

  6. tessier dit :

    Déséquilibre d’occlusion suite à un traitement de canal

    bonjour, il y a 4 ans, je me suis faite dévitaliser une molaire (la 27), un an s’est écoulé avant la pose de la couronne car j’avais des douleurs à la pression ( toujours!) durant ces 4 ans, les dentistes m’écoutant qu’à moitié se sont concentrés sur la douleur molaire et pas sur la gêne ressentie dans la totalité. ils ont meulé plusieurs fois ma couronne pour qu’elle n’est plus de contact( plus de contact plus de douleurs). Ils n’ont jamais voulu meuler ma dent 37 me disant qu’il fallait mieux toucher à l’autre!!!je ne suis pas ortho mais ça ne me semble pas logique!

    depuis j’ai des problèmes d’occlusions, ma 37 me gêne de plus en plus et mes dents de droites migrent vers l’intérieur et avancent. les dentistes disent que c’est impossible et me laissent en plan. Je suis en France et l’approche semble différente!! 😉
    Est-il possible que ça ait commencé à cause de ma 37 qui avait poussé durant l’année suivant ma dévitalisation et que lors de la prise d’empreintes pour ma couronne, c’était déjà fossé? Par la suite, le fait que ma 26 chevauche sans cesse ma 37, cela a pu créer un déséquilibre?
    merci à vous

    • Dr Jules dit :

      Pour bien répondre à votre question, il faudrait connaître votre occlusion dans son ensemble et pas seulement se concentrer sur ce qu’il y a dans les quadrants postérieures gauche de votre bouche.
      Cependant, le fait de meuler une dent au point de créer un espace avec la dent opposée peut permettre à cette dernière (par exemple votre 37) de migrer vers le haut (égression).

      Par contre, il est peu probable que le meulage à gauche puisse causer des déplacements et bascule de dents du côté droit. Si des interférences sont apparues à gauche suite à toutes ces manœuvres dentaires, peut-être que cela a pu déclencher un positionnement de mâchoire différent et qu’avec le temps cela affecte votre occlusion? C’est juste une théorie mais c’est difficile à prouver. Il aurait fallu que vous ayez des modèles 3D de votre bouche avant et après ces événements pour comparer le tout et conclure quelque chose de concret concernant les mouvements qui ont eu lieu.

      • tessier dit :

        merci beaucoup, ça fait du bien qu’on nous explique un peu comment ça fonctionne et ce qui est possible ou non!!les dentistes rencontrés ont tendance à faire des soins me disant il faut faire comme ci ou comme ça mais sans m’expliquer, on devient dingue !! 🙂

        tag #merci

      • tessier dit :

        j’aurais une autre question, ils ont déposé ma couronne, je suis en fait allergique. J’ai toujours des douleurs à la pression mais ils ne voient pas d’infection sur la radio. Est-il possible qu’il y ai quelque chose quand même?
        Un dentiste m’a propose un nettoyage des canaux et de reboucher puis de faire une coronoplastie sur la 37. Est-ce censé ou juste pour me faire plaisir?
        Un autre m’a dit qu’il fallait éviter de vider les canaux si il n’y avait pas d’infection, il y a un risque d’en créer une.

        merci à vous

        • Dr Jules dit :

          Vous aviez peut-être un traumatisme occlusal avec cette couronne. Attendez donc un certain temps pour voir si les choses ne s’estomperont pas avec le temps suite à l’enlèvement de cette couronne. Il faut une très bonne raison pour faire un traitement de canal pour dévitaliser une dent et ne pas le faire seulement si on ne trouve pas une autre cause au problème. Habituellement il y a des signes d”infection ou au moins une évidence radiographique indiquant une lésion à l’apex des racines. Il peut tout de même y avoir “quelque chose” si la lésion est au tout début de son développement et n’est pas encore visible sur une radiographie. Il existe différents autres tests pour évaluer si une dent peut avoir besoin d’un traitement de canal. Discutez-en avec votre dentiste.

  7. Faiza dit :

    Parodontite sévère et mouvements de dents

    Bonjour , on m’a extraite une molaire quand j avais 20 ans ( j en ai 36 aujourd’hui ) depuis les dents ont migres : les molaires ont avances vers l avant et les incisives se sont écartés ( j ai un diasteme ) on m a diagnostiqué une parodontite sévère que je suis en train de soigner . Pensez vous que cette dent a tout chamboulé chez moi ? D avance merci .

    • Dr Jules dit :

      La perte d’une seule molaire ne saurait expliquer des changements partout dans une bouche. Sous toutes réserves, les “chamboulements” que vous observez sont plus vraisemblablement causés par une perte osseuse généralisée (parodontite sévère) qui diminue le support naturel des dents et les rends plus susceptibles aux forces qui sont appliquées sur elles, causant des déplacements.

      ➡ Pour en savoir plus sur le parodonte.

  8. Khalida dit :

    Bonjour dr.
    Je souhaite avoir votre avis sur deux molaires inferieur qui m ont etait extraite il y a 1 ans et demis.et mont provoque un afaissement de ma joue.ceci peut il etre rectifie avec la pause des implants.je vous remercie davance pour votre reponse

    • Dr Jules dit :

      L’extraction de molaires ne peut causer un “affaissement” des joues. La pose d’implant dentaire peut restaurer la fonction perdue par la perte des molaires mais je doute que cela change quoi que ce soit à votre joue.

  9. sophiem dit :

    de 2 molaires supérieures

    Bonsoir,

    J’ai 32 ans. Suite à un échec de retraitement endodontique sur la 27, celle-ci a dû être extraite mi-mai. J’ai remarqué toutefois de façon subtile que depuis lors, j’avais ces contacts anormaux répétés des incisives du bas avec le haut que je n’avais pas avant et intuitivement je reliais cela à cette perte de hauteur donc votre article me confirme.

    Je comptais placer dès que possible un implant en 27 (avec un doute entre titane et zircone bien que certains m’aient dit jamais de zircone en postérieur vu un risque de fracture) mais seulement voilà, hélas une quinzaine de jours après extraction de la 27 dont les racines étaient quand même proches de celles de la 26, j’ai commencé à présenter un tableau de pulpite sur cette dent qui a amené à devoir la dévitaliser. La première séance d’endo a mis en évidence une résorption de la racine disto-vestibulaire entre autres complexités mais il y avait saignement et donc mise en place d’hydroxyde de calcium. Je viens de faire chez un autre endo la séance d’obtu définitive des canaux et hélas, cela se profile comme un autre fiasco total avec certains praticiens qui au vu des clichés, considèrent que l’extraction est la seule solution car pour eux, il y avait déjà signe possible de faux canal majeur sur le cliché per-op de la première séance d’endo or cela n’a possiblement pas été traité et pris en compte par le second endo. Mais du coup, vu ce que je présente comme phénomène occlusal, vu le rôle-clef de la première molaire pour l’occlusion, et déjà une sensation aussi de compression au niveau de l’ ATM gauche, je suis très paniquée j’avoue à l’idée de cette seconde extraction et crains des conséquences occlusales irréversibles car comme la plupart des implantos ne sont pas en faveur de l’extraction-implantation immédiate, ça veut dire alors encore des mois supplémentaires sans DEUX MOLAIRES CONTIGUES le temps de pouvoir implanter et la plupart des praticiens disent d’ailleurs qu’il est préférable de poser les deux implants voisins en même temps sur le plan occlusal/alignement!

    Je suis en outre depuis peu un traitement chez un spécialiste en occlusion qui a confectionné une gouttière mandibulaire à porter seulement la nuit car il a jugé l’occlusion très instable avec signes d’attrition sur les 24 et 25, marque d’usure sur la 47 et éclat sur la 17 en regard plus surcharge aussi sur la 46. Je précise aussi que toutes les dents de sagesse ont déjà été extraites et que si les dents ne sont pas trop désalignées, en bas il y a un léger manque d’espace, qui fait que les incisives du bas ne sont pas parfaitement alignées.

    Compte tenu de tout ce tableau, ce que j’aurais vraiment aimé vous demander (car je suis complètement perdue là!) c’est si:

    – Vous me conseilleriez de ne pas attendre pour déjà implanter dès que possible en 27 ou si au contraire, vous trouvez mieux d’implanter en 27 et 26 en même temps mais alors comment faire pour essayer de “limiter la casse” au maximum au niveau occlusal entre temps, comment limiter l’égression? Porter cette gouttière mandibulaire nocturne le plus possible le jour ou quoi?!

    – Est-ce que l’implantation immédiate après extraction sur la 26 serait par exemple souhaitable selon vous pour limiter les dégâts occlusaux ou pas (vu quand même une tendance au bruxisme nocturne)?!

    – Est-ce qu’il serait pertinent (indépendamment d’une question de frais/de coûts) de faire confectionner un appareil de type squeletté/squelettique pour remplacer au moins tant bien que mal les dents 26 et 27 le temps d’une pose implantaire conjointe ou pas?! Mais cela ne risque-t-il pas de nuire à la stabilité et surtout à la vitalité pulpaire des prémolaires voisines qui ont déjà marqué des signes parfois de douleurs pulpaires (ce qui me fait peur car je ne veux plus à aucun prix des dévitalisations qui tournent chaque fois chez moi au désastre!!!)

    – Un traitement orthodontique spécifique et si oui lequel pourrait-il m’aider après extraction (en haut j’aurais de l’espace mais pas en bas à moins ce qui serait quand même violent de devoir enlever une dent du bas!)

    – Qui dois-je voir et dans quel type de timing pour essayer d’EVITER LE PIRE au niveau occlusal dans ce contexte d’extraction ? Un orthodontiste? Un occlusodontiste (mais j’en vois déjà un et il n’a pas jusqu’ici l’air de me proposer qqch de particulier par rapport aux phénomènes évidents -et graves- que vous décrivez dans votre article donc alors que devrais-je idéalement demander à cet occluso si vous trouviez plus pertinent de lui demander à lui qu’à un orthodontiste??
    Merci immensément de vos lumières pour la patiente complètement perdue que je suis dans ce genre de situation…

    • Dr Jules dit :

      Vous avez peut-être joué de malchance pour que l’extraction de la 27 affecte la 26 et cela ne veut pas dire que les prémolaires adjacentes seront affectées par la perte de la 26.

      Il serait en effet indiqué de tenter de minimiser l’extrusion ou l’égression des dents inférieures vis-à-vis l espace des 26 et 27. Une façon très simple de le faire est de poser un bout de fil (arc) orthodontique soit directement sur la surface buccale des dents à retenir ou à l’aide d’attaches orthodontiques. Nous faisons régulièrement cela à la fin d’un traitement d’orthodontie. Vous verrez un exemple sur cette page dans la section sur la rétention orthodontique.
      Ceci peut être fait par un orthodontiste ou un dentiste qui est à l’aise de le faire.

      Concernant le “timing” de la pose des implants dentaires et la séquence de la pose, il faut vraiment vous fier aux experts dans ce domaine soit ceux qui les posent car ce n’est pas mon domaine d’expertise.

      En passant, un “occlusodontiste” n’est pas un spécialiste reconnu, tout comme il n’existe pas de “spécialistes en occlusion”.
      ➡ Pour avoir de l’information sur les spécialités dentaires reconnues et les “non-spécialités” ou spécialités qui n’en sont pas vraiment. . L'orthodontie peut nécessiter des interventions dans les autres disciplines ou spécialités dentaires.

      • tessier dit :

        Comment intruder une dent trop extrudée?

        bonjour,
        j’ai suivi vos échanges.
        vous parlez de mettre un arc dentaire pour éviter l’extrusion. Quelle solution pour une dent déjà bien extrudée? L’orthodontie est possible ou il faut meuler pour “diminuer” la dent?
        merci beaucoup

        • Dr Jules dit :

          Si la dent est légèrement extrudée, elle peut être meulée.
          Si elle doit être intrudée ou ingressée, cela peut être fait à l’aide de mini-vis d’ancrage ou diverses mécaniques orthodontiques.
          Finalement, une procédure chirurgicale consistant à couper autour de la dent et remonter un bloc osseux avec la dent peut être envisagé dans certains cas.

  10. Khalida dit :

    Bonjour dr .
    je vous remercie pour votre reponse.je voudrai juste vous preciser que jai eu un relachement cutane suite a lextraction de mes deux molaires inferieur cote droit .y a t-il une chance que cela se repare apres la pause dimplant?est ce que avec la mastication le muscle de la joue reprendrait sa forme?tres inquiete mon visage et asymetrique.

  11. Laurent dit :

    Bonjour,
    Je viens de me faire extraire la 37.
    Est-il indispensable de mettre un implant ?
    Si oui, sous quel délai ?
    Merci pour votre aide

    • Dr Jules dit :

      Rien n’est ‘indispensable” en dentisterie! Informez-vous auprès de votre dentiste qui saura mieux vous conseiller sur votre cas précis.

  12. jeZEbel dit :

    Bonjour Dr Jules,

    Est-il possible de constater un affaissement postérieur de l’occlusion via une radio de profil ?

    Si oui, auriez vous l’amabilité de montrer ici une radiologie illustrant le problème ?

    Merci beaucoup

    Cordialement

    • Dr Jules dit :

      Un affaissement postérieur de l’occlusion ne peut se diagnostiquer que par une radiographie céphalométrique même si cette dernière peut aider au diagnostic. Il faut regarder l’ensemble de la dentition et de l’occlusion (ou malocclusion) et relier tous les éléments observés. La radiographie panoramique est aussi très utile à cet effet car elle montre s’il y a des dents manquantes et basculées. Une radiographie céphalométrique ne montre pas cela aussi bien car les structure des 2 côtés de la mâchoire sont superposées l’une sur l’autre. Par contre, un ceph est un meilleur indicateur de l’angulation de mâchoire.
      Je n’ai malheureusement pas d’exemples de radiographies céphalométriques sur ce site illustrant ce genre de problème car cette information est moins accessible pour le “grand public”. J’en mettrai éventuellement!

  13. Tessier dit :

    Bonjour.suite à des douleurs et une gêne sur une couronne remplaçant ma 27, elle a été de multiples fois meulee puis déposée et remplacée par une résine temporaire.en sous occlusion depuis le debut (couronne mal posée, puisque un an entre la revitalisation et la pose, pansement durant l’année ) soit depuis 5 ans.dès la pose j’ai sentie que ma 37, la dent miroir, si je me trompe pas, avait poussée. Depuis la dépose de ma couronne2ans et demi.C’est de pire en pire, elle me fait mal, je sens qu’elle pousse et ils me rient au nez disant que ce n’est pas vrai.j’ai des problèmes hormonaux qui me fragilisent. Comment stopper cela et si j’ai un appareil cela la remettra-t-elle en place? Désolé c’est pas trop clair. …merci à vous d’être là pour nous.

    • Dr Jules dit :

      Un “appareil dentaire” pourrait probablement corriger la position de votre dent mais encore faut-il s’assurer que la malposition est la source de votre problème!

      Si ceux que vous consultez vous “rient au nez”, changez de dentiste et obtenez une seconde opinion ailleurs.

      • tessier dit :

        je ne sais pas si cela vient de la formation de nos dentistes en France mais ils ont du mal a écouter et croire et semblent assez limités(sans méchanceté) sur leurs connaissances
        j’ai trop souvent changée, mes pb hormonaux m’ayant fragilisée psychologiquement , j’ai glissée et ne savais plus d’où venait le pb, je ne faisais plus confiance à personne. me faisant marteler que j’étais trop stressée et que c’était dans ma tête…..
        maintenant il faut que je trouve un bon orthodontiste adulte et ça semble assez compliqué…
        merci

        • Dr Jules dit :

          Il existe d’excellents orthodontiste en France mais, comme partout ailleurs, tous n’ont peut-être pas la motivation ou l’intérêt pour trouver des solutions inhabituelles ou particulières pour des problèmes qui sortent de l’ordinaire.

  14. Emma dit :

    Bonjour,
    J’ai été opérée des quatre dents de sagesse il y a un peu plus d’un mois et, aujourd’hui, mon dentiste m’a informée qu’en haut à droite l’os était désormais à nu et qu’il était presque impossible que ma gencive le “recouvre” de nouveau. Pour lui je vais probablement finir par perdre ma molaire. Est-ce une complication possible ? Cela m’inquiète quand même énormément, surtout après voir lu des articles sur l’occlusion dentaire…

  15. daad dit :

    Couronnes antérieures pour corriger un problème postérieur?

    Bonsoir,
    Je suis ravie d’avoir trouvé quelqu’un qui essaie de répondre au mieux à nos question!
    J’ai 38 ans et j’ai perdu toutes les dents du fond pour le bas. En haut il ne reste dans le fond qu’une dent qui s’est penchée. Le reste des dents de devant sont pratiquement toutes des couronnes ceramo métalliques. Je suis en cours de traitement chez un dentiste pour remplacer toutes ces couronnes en ceramo céramiques et nous avons également assainit les gencives. Demain nous allons faire un moulage pour des appareils amovibles provisoires afin de caler le travail à venir.

    Mais je suis très inquiète car au repos depuis qu’elle a mis des provisoires devant à avoir une mauvaise occlusion cad que les dents du bas viennent se poser sur la gencive du haut. Je n’arrête pas de lui que ce n’est pas normal et totalement inesthétique mais cela ne la choque pas. Au dernier rdv elle m’a dit de choisir moi même la position dans laquelle je voulais que mes dents du bas soient par rapport à celles du haut et qu’elle se servira de ça pour faire faire les appareils amovibles du fond et que c’était à cause de l’absence de calage que l’occlusion était faussée et que ça allait s’arranger avec les appareils mais je doute. Bizarrement avant qu’elles ne remplacent les couronnes je n’avais jamais eu ce problème alors je suis perdue! Et forcément je refuse de sourire car j’ai l’impression que les dents du haut paraissent proéminentes ca fait moche.
    Manquer de dents est déjà moche même si on va y palier avec des bridges et des implants mais la c’ est le ponpon.
    J’aimerais avoir votre avis. Merci!

    tag #merci

    • Dr Jules dit :

      Vous avez posé votre question dans la bonne section en choisissant la page décrivant l’affaissement postérieur de l’occlusion. Vous semblez comprendre ce qui se passe dans votre bouche mais je ne suis pas certain que votre dentiste puisse en dire autant!

      La perte de plusieurs dents postérieures n’influencera pas seulement la région postérieure de la bouche. Il y a perte de support, de “dimension verticale” comme on dit dans notre jargon dentaire et cela peut affecter la dentition antérieure tel que décrit plus haut dans cette page. Si le but d’un traitement dentaire est de tenter de restaurer la bouche dans un état similaire à ce qu’il était auparavant, il faut faire les démarches inverses soit de restaurer la dimension verticale perdue et ceci nécessite habituellement de modifier l’occlusion postérieure (s’il reste des dents). IL arrive souvent que des changements se produisent à l’avant suite à la perte de dents postérieures (inclinaison vers l’avant des incisives, espacement, etc.) mais pour corriger cela il faut restaurer l’arrière aussi.

      Si vous mordez dans la gencive du palais, vous avez trop de surplomb vertical antérieur (overbite) et la pose de couronnes n’y changera pas grand chose.
      L’occlusion doit être “ouverte” pour éliminer ce problème. Je ne crois pas que ce soit aussi simple que de dire au patient de “choisir” comment il/elle veut que ses dents arrivent! Il faut comprendre ce qui affecte l’occlusion et bien l’expliquer au patient pour qu’il/elle prenne une décision éclairée. Ramener le tout à la simple pose de couronne dans une position que vous choisirez est trop simpliste.

      Je n’ai pas toute l’information sur votre cas mais si vous n’obtenez pas des réponses qui vous satisferont, n’hésitez pas à obtenir une seconde opinion.

      ➡ Pour en savoir plus sur la relation entre la dimension verticale et le surplomb horizontal pour le déplacement des dents antérieures.

      La rétraction ou le recul des dents antérieures ne peut se faire sans modifier le surplomb vertical.

      • daad dit :

        Merci beaucoup pour votre réponse aussi rapide. J’ai pris rdv chez l’orthodontiste pour un avis mais malheureusement ce n’est pas avant mars! Effectivement les dents de devant sont inclinées vers l’avant pas énormément mais ca me derange esthétiquement parlant. Je lui ai dit que je voulais voir un ortho mais elle a dit qu’il ne pourrait pas faire grand chose mis à part me proposer une chirurgie de la mâchoire pour relâcher la mâchoire inférieure ce qui est lourd à faire parce qu’effectivement quand j’essaie de passer les inférieures devant les supérieures je n’y arrive pas et elle dit que ça devait être un problème préexistant déjà ce qui est faux. Je suis partagée entre l’envie d’en finir avec ça,enfin combler tous ces vides mais cette proéminence que je déteste et qui me fait honte quand je souris même si ce n’est pas aussi prononcé que sur certaines photos me gène profondément. Ce qui est bizarre c’est qu’avant de poser les provisoire je n’avais jamais ressenti cette gêne dans l’occlusion et quand à la proéminence très légèrement. Je suis dubitative et perdue. J’ai peur de continuer et de le regretter car je veux un sourire normal mais pas de star et je pense que je vais pas l’avoir et tout cet argent sera dépensé pour rien. D’un autre côté l’orthodontie va prendre sûrement beaucoup de temps et garder ces provisoires qu’elle a fabrique elle même pleines de défauts me fait déprimer.
        Je me dis que c’est de ma faute. Je pense que je vais prendre les empreintes aujourd’hui avec comme elle le propose de positionner les dents de devant comme je veux et voir avec les moulages si ça change qque chose. Si ça ne marche pas alors j’abandonne et j’attends mars mais elle va pas apprécier sachant que j’ai déjà changé de dentiste qui me disait qu’elle ne pouvait rien et donc ne soignait plus rien. Alors ils sont tous pareils?!
        Merci en tout cas. Je suis contente que qqu’un ait pris en compte ce que je pensais.

        • Dr Jules dit :

          Ne laissez pas votre dentiste parler pour l’orthodontie et faire des suppositions sur ce qu’il vous dire lors de la consultation orthodontique après un examen clinique. Attendez d’voir une vraie opinion de la part d’un spécialiste certifié en orthodontie (orthodontiste) et vous allez peut-être être très surprise des possibilités de l’orthodontie. Il n’y a qu’une seule façon de le savoir est de consulter en orthodontie…

          Un autre conseil; si vous n’êtes pas satisfaite de la position, forme etc de vos couronnes temporaires, il n’est pas logique de les faire remplacer par des couronnes définitives qui ne feront pratiquement que reproduire la position et forme des temporaires. À qui cela bénéficiera-t-il le plus de faire ces couronnes maintenant, à vous ou au dentiste?

Laisser un commentaire

*

*

*

Les champs suivis d’un astérisque* sont obligatoires.