Chirurgie orthognathique – Quoi savoir et à quoi s’attendre?

Chirurgie orthognathique – Quoi savoir et à quoi s’attendre?

La chirurgie orthognathique est une chirurgie majeure pendant laquelle un repositionnement d’une ou des mâchoires est effectuée. Cette intervention chirurgicale est suivie d’une période postopératoire pendant laquelle plusieurs complications et symptômes peuvent survenir. Bien que les complications majeures soient rares, il est  impératif de suivre les instructions de votre chirurgien en tout temps pour minimiser ces risques., Il faut s’ attendre à certains désagréments et d’être alerte pour déceler toute complication qui pourrait nécessiter une consultation rapide avec votre chirurgien.

Période postopératoire, risques et complications possibles

La chirurgie orthognathique aux mâchoires se déroule sous anesthésie générale à l’hôpital. Attendez-vous donc à passer au moins une nuit à l’hôpital après votre intervention afin que l’on surveille étroitement votre état général. Selon les protocoles en place, votre situation particulière et la manière dont fonctionne votre chirurgien, votre congé sera accordé rapidement afin que la majorité de votre récupération puisse s’effectuer dans le confort de votre foyer.

N’étant pas continuellement sous la surveillance du personnel médical, il se pourrait que les premiers jours à la maison soient teintés d’incertitudes qui pourraient vous inquiéter, ce qui est très normal. Par conséquent, plusieurs informations concernant cette période postopératoire initiale sont importantes à savoir et à retenir.

Il est important de vous souvenir que tous les patients sont différents et que personne ne réagit de la même façon à une chirurgie majeure aux mâchoires. Une source d’inquiétude pour un individu pourrait ne pas être préoccupante pour un autre. Il est donc très difficile de dresser la liste des symptômes normaux et anormaux. De plus, aucune règle ne peut dicter combien de temps les symptômes peuvent persister et éventuellement disparaître, car ils dépendent de plusieurs facteurs propres à chaque personne.

Si un élément de votre convalescence vous inquiète particulièrement et que vous ne trouvez pas les réponses à vos questions dans les prochaines sous-sections, n’hésitez pas à communiquer avec la clinique de votre chirurgien buccal et maxillo-facial; c’est la meilleure avenue pour obtenir des informations adaptées à votre cas, car votre chirurgien vous connaît et sait exactement ce que vous avez subi. Certaines cliniques fournissent même un numéro de téléphone d’urgence 24/7 à utiliser en dehors des heures de bureau normales.

Veuillez vous souvenir que, malgré toutes nos bonnes intentions, nous ne pouvons ni évaluer votre situation par internet ni fournir la marche à suivre en cas de complications possibles. Cette page est destinée à vous renseigner de façon générale sur ce qui peut se passer après une chirurgie orthognathique. ➡ Cependant, votre chirurgien demeure la personne ressource à qui vous devriez vous adresser en cas de doute.

À quoi s’attendre?

Plusieurs désagréments sont courants après une chirurgie aux mâchoires. Les principaux sont décrits ci-dessous.

Enflure Douleur dentaire et aux mâchoires suite è une extraction ou chirurgie orthognathique aux mâchoires. Dentiste, chirurgien orthodontiste Bücco

  • L’enflure (œdème) est caractérisée par une région du corps gonflée et présentant souvent une température plus élevée qu’ailleurs. Il faut garder en tête que ce phénomène est habituellement la première réponse (normale) du corps qui enclenche le processus de guérison.
  • Un œdème temporaire apparaît chez la majorité des patients au niveau du visage pendant les premières 24 à 72 heures après une chirurgie aux mâchoires.
  • L’enflure se concentre habituellement près de la région affectée par la chirurgie, que ce soit à la mâchoire du haut, celle du bas, les deux ou le menton. Elle tend à être un peu plus importante lorsque la mâchoire inférieure a été repositionnée.
  • L’enflure est d’intensité variable; elle peut être minime chez certaines personnes et être beaucoup plus imposante chez d’autres. Elle peut même s’étendre du front jusqu’au cou en passant par les tempes, déformant ainsi le visage.
  • La majorité du gonflement des tissus se résorbe en 7 à 14 jours. Une petite partie peut par contre perdurer chez certains individus pendant plusieurs semaines selon la capacité de leur corps à guérir rapidement et leur volonté à suivre les recommandations de leur chirurgien.
  • Selon les protocoles en place à l’hôpital, il se pourrait que des stéroïdes vous soient administrés pendant et parfois même un peu après la chirurgie afin de minimiser l’enflure et l’inflammation postopératoires. Certaines études tendent à conclure que l’utilisation de stéroïdes ne serait pas si utile que cela dans un tel cas, c’est pourquoi il se pourrait que vous n’en ayez pas.

 

  • Solutions :
    • Aussitôt que possible après l’intervention chirurgicale, appliquez de la glace sur votre visage près des mâchoires afin de prévenir l’enflure avant qu’elle ne s’installe. La glace peut être maintenue en continu, c’est-à-dire qu’aucune limite de temps n’est imposée durant les 48 à 72 premières heures, à moins d’avis contraire de votre chirurgien ou du personnel hospitalier. Il est important d’envelopper la glace dans un morceau de tissu afin d’éviter d’appliquer de la glace directement sur le visage et subir une engelure de la peau. À défaut d’avoir de la glace à portée de main, un sac de légumes congelés ou des blocs réfrigérants (les fameux « ice packs ») souples ou rigides peuvent être utilisés.
    • Ne soyez pas surpris si un bandage serré autour de votre tête et les côtés de votre visage est installé après votre chirurgie; ce bandage peut réduire l’enflure au visage. Il sera retiré lorsque la période pendant laquelle l’œdème peut le plus apparaître est terminée. Ce ne sont pas tous les hôpitaux qui installent ce genre de bandage.
    • Surélevez votre tête par rapport au reste du corps, c’est-à-dire au-dessus du niveau du cœur, avec des oreillers lorsque vous êtes couché ou en adoptant une position assise le plus souvent possible.
    • Environ 2 à 3  jours après la chirurgie, si l’application de glace ne semble plus améliorer la situation, de la chaleur humide peut être appliquée pour faire diminuer l’œdème. Une bouillotte remplie d’eau chaude ou une débarbouillette trempée dans l’eau chaude sont de bonnes méthodes. À noter que la chaleur sèche est beaucoup moins efficace.

Douleur et inconfort

  • La douleur est presque inévitable après une chirurgie orthognathique, elle est donc considérée comme « normale » mais son intensité peut varier beaucoup d’une personne à l’autre et selon les procédures chirurgicales subies (une ou deux mâchoires, menton).
  • Selon votre tolérance personnelle, la façon dont votre corps réagit et la nature de l’intervention chirurgicale, vous pourriez ressentir peu d’inconfort ou beaucoup de douleurs postopératoires. Il est difficile, voire impossible, de prédire l’intensité de la douleur ressentie étant donné le nombre de facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte. Certaines personnes qui subissent une chirurgie bimaxillaire (qui touche les deux mâchoires) complexe ressentiront peu de douleurs, tandis que d’autres qui auront une chirurgie plus simple auront plus de douleur.
  • L’inconfort tend à être plus grand dans les premiers jours après votre chirurgie, surtout lors d’une chirurgie bimaxillaire. En général, la douleur s’atténue progressivement et s’affaiblit en quelques jours.
  • Si votre douleur augmente subitement après une période où elle était moins importante ou si elle ne s’atténue tout simplement pas après une semaine, il est recommandé de communiquer avec votre chirurgien.

 

  • Solutions :
    • Médication :Douleur dentaire et aux mâchoires suite è une chirurgie orthognathique aux mâchoires. orthodontie
    • Il faut impérativement vous occuper de votre douleur rapidement, étant donné qu’elle peut être difficilement contrôlable une fois qu’elle est installée. Tout comme il est plus facile d’éteindre un petit feu de camp qu’un feu de forêt, la douleur ne doit pas avoir le temps de devenir d’une grande intensité avant de penser à vous soulager. Il est même recommandé de prendre d’emblée des analgésiques régulièrement au tout début de la phase postopératoire avant même de ressentir la douleur et diminuer ou espacer tranquillement les doses. votre chirurgien pourra vous conseiller à ce sujet.
    • Plusieurs familles de médicaments antidouleur sont disponibles. Il est très important d’informer votre chirurgien de toute allergie, toute réaction à une anesthésie ultérieure ou à un médicament, ainsi que toute condition particulière qui pourrait venir limiter l’administration de certaines médications.
      • À l’hôpital, de la morphine pourra vous être administrée si la douleur est très intense et des médicaments un peu moins forts seront également disponibles selon votre niveau d’inconfort.
      • Lors de l’obtention de votre congé de l’hôpital, votre chirurgien ou le personnel hospitalier pourra vous remettre une ou plusieurs prescriptions d’analgésiques selon votre situation. Des narcotiques, de la codéine, de l’acétaminophène (Tylenol®, Atasol), des anti-inflammatoires non stéroïdiens (Aleve®) et l’ibuprofène (Motrin® ou Advil®) sont les plus courants. Certaines doses sont disponibles en vente libre sous forme de comprimés que vous devrez écraser avant de les prendre ou en liquide. Les versions liquides sont habituellement pour enfants; la dose peut être ajustée à votre situation en parlant à votre pharmacien. D’autres doses ne sont disponibles que sous ordonnance que votre chirurgien pourra vous préparer.
      • Il est important de suivre les recommandations de votre chirurgien ou de votre pharmacien concernant les analgésiques prescrits afin de connaître les combinaisons possibles pour soulager votre douleur, mais aussi pour les prendre en toute sécurité et ainsi éviter une surdose accidentelle ou des effets secondaires indésirables (constipation, dépendance, nausées, etc.).
      • Les doses nécessaires pour calmer la douleur postopératoire sont propres à chacun selon leurs besoins et leur tolérance à la douleur; il n’existe donc pas de recette miracle qui peut être appliquée à tous les patients. C’est pourquoi il est impératif d’écouter votre corps.
    • Bien qu’il soit difficile de trouver des positions confortables pour dormir durant les premiers jours postopératoires, la gestion de la douleur passe également par le repos et le sommeil que vous fournirez à votre corps. Votre pharmacien est là pour vous renseigner sur certains médicaments vendus sans ordonnance qui pourraient vous aider à obtenir un sommeil d’une bonne qualité.

Nausées et vomissements

  • Les nausées et même les vomissements sont les effets secondaires les plus fréquents de l’anesthésie générale administrée durant une chirurgie orthognathique.
  • Les symptômes sont plus importants durant les premières 24 à 72 heures après l’intervention chirurgicale, période pendant laquelle l’anesthésiant se retrouve encore dans votre corps.
  • Des nausées peuvent également être causées par de nombreux éléments, dont la fatigue postopératoire, une mauvaise alimentation ou la prise de certains médicaments, tels que les narcotiques, qui peuvent être mal tolérés par l’estomac.
  • Ressentir l’envie de vomir tandis que vous avez les mâchoires serrées ensemble après la chirurgie peut être très angoissant. Souvenez-vous que votre estomac est vide lors de l’intervention et votre diète est liquide durant les premiers jours postopératoires. Par conséquent, il ne peut y avoir que des liquides qui soient évacués, ce qui serait bien désagréable, mais pas dangereux.
  • À noter que les techniques chirurgicales modernes utilisent surtout des méthodes de fixation rigide à l’aide de plaques et vis qui permettent d’ouvrir la bouche immédiatement après une chirurgie. Il est donc  maintenant très rare de devoir « fixer » les mâchoires ensemble après une chirurgie orthognathique.

 

  • Solutions :
    • Des médicaments contre la nausée peuvent être administrés par voie intraveineuse à l’hôpital, surtout si vous avez déjà expérimenté des nausées après une anesthésie générale antérieure. Certains protocoles dictent l’administration d’antinauséeux d’emblée après la chirurgie si votre condition le permet.nausée, nausea  complications post chirurgicale, chirurgie orthognathique  aux mâchoires orthodontie  Bücco
    • De retour à la maison, des comprimés et des suppositoires de médicaments antinauséeux tels que le Gravol® peuvent être pris pour vous soulager. Demandez conseil à votre pharmacien ou chirurgien pour savoir quel médicament serait le meilleur pour votre condition.
    • Lorsque vos douleurs diminuent, passez le plus rapidement possible à des médicaments antidouleur vendus sans ordonnance qui sont plus doux pour l’estomac que les médicaments plus forts, tels que les narcotiques.
    • Essayez de vous asseoir, vous coucher et vous reposer; les nausées peuvent survenir plus facilement si vous bougez trop.
    • Dormez suffisamment afin de donner une chance à votre corps de récupérer de la chirurgie; une fatigue extrême peut provoquer des nausées.
    • Il est important de vous nourrir régulièrement et adéquatement de retour à la maison afin de ne jamais avoir l’estomac complètement vide, car un manque de nourriture pourrait causer des nausées. Des aliments liquides pris fréquemment durant les premiers jours vous permettront de bien les tolérer et minimiser les nausées.
    • Évitez d’ingérer des boissons gazeuses étant donné que l’effervescence pourrait provoquer des nausées et la quantité élevée de sucre qu’elles contiennent pourrait vous déshydrater.
    • Privilégiez les aliments simples qui n’irritent pas l’estomac et/ou qui calment les nausées (le plus connu est le gingembre). Laissez donc les aliments gras et épicés de côté le temps que les nausées s’estompent.
    • Dans le cas de vomissements fréquents, communiquez avec votre chirurgien pour connaître les étapes à suivre afin d’éviter de vous déshydrater et empirer le problème.

Saignements

  • Il est très important de mentionner tous les médicaments (prescrits ou non) et les produits naturels que vous prenez régulièrement à votre chirurgien afin qu’il évalue si certains d’entre eux, tels que les anticoagulants, peuvent provoquer des saignements plus significatifs; des précautions peuvent alors être prises pour minimiser les impacts sur les saignements peropératoires.
    • Votre chirurgien pourrait vous recommander de cesser les médicaments contenant de l’aspirine deux semaines avant votre chirurgie pour minimiser l’ampleur des saignements pendant l’intervention. Vérifiez toujours avec votre chirurgien avant de modifier vos médicaments ou leur posologie.
  • Durant votre chirurgie, vous perdrez une quantité plus ou moins importante de sang. Dans des cas plus rares, une transfusion sanguine peut être nécessaire.
    • Il est parfois possible de donner de votre propre sang avant la procédure au cas où une transfusion soit indiquée. Discutez avec votre chirurgien si cette option vous intéresse, car il arrive qu’il faille donner de votre sang plusieurs semaines ou mois avant la chirurgie.
  • Votre chirurgien refermera la majorité des plaies au bloc opératoire avec des points de suture fondants, ce qui limite les risques de saignements importants après la chirurgie.
    Principalement durant la période postopératoire initiale (les premières 24 à 48 heures), il peut arriver que vos plaies intrabuccales suintent ou saignent légèrement, ce qui est normal. Vous pouvez donc avoir un goût de sang caractéristique dans la bouche qui s’apparente à un goût métallique.
  • Lors d’une chirurgie orthognathique où le maxillaire supérieur est repositionné, des saignements de nez peuvent survenir après l’opération, et ce, jusqu’à une à deux semaines après la chirurgie. Ces saignements sont souvent causés par du sang accumulé dans les sinus ou encore le suintement des plaies dont le sang peut s’écouler par le nez.

 

  • Solutions :
    • Bien que plutôt rare, si une perte sanguine importante survient lors de la chirurgie, une transfusion pourrait vous être administrée pendant ou après l’intervention.
    • Restez calme et évitez de faire des efforts physiques (activités physiques, tâches ménagères, etc.) durant les premiers jours suivant la chirurgie afin de ne pas augmenter la pression sur les plaies. Certaines personnes seront peut-être tentées de bouger plus de retour à la maison; le moindre saignement devrait être le signe de vous arrêter quelques instants et prendre du repos.
    • Surélevez votre tête pendant quelques jours pour minimiser les chances de saigner.
    • Évitez de toucher ou frotter les plaies dans votre bouche lors d’un brossage de dents ou pour déloger de la nourriture qui pourrait s’accumuler près de celles-ci.
      • Les plaies sont situées au-dessus des dents pour une chirurgie touchant le maxillaire et en arrière des deuxièmes molaires dans le fond de la bouche du côté des joues pour une chirurgie effectuée à la mandibule.
      • Idéalement, une diète liquide devrait être adoptée au début de votre convalescence pour faciliter l’ingestion des aliments et limiter les résidus alimentaires sur les plaies intrabuccales.
    • Ne vous rincez pas vigoureusement la bouche au minimum une semaine après votre chirurgie; si vous devez vous gargariser avec un médicament prescrit par votre chirurgien, assurez-vous d’y aller doucement et ne pas dépasser la posologie et la fréquence recommandées.
    • Ne vous mouchez pas le nez avec force et si possible, essayez d’éternuer par la bouche (et non par le nez) pour les dix premiers jours après la chirurgie.
    • N’essayez pas de parler inutilement durant les premiers jours postopératoires pour ne pas mettre un stress sur vos plaies; de toute façon, la tâche pourrait être ardue avec les mâchoires immobilisées et l’enflure au visage. Durant cette période, vous pouvez communiquer par d’autres moyens (textos, feuilles de papier et crayon, signes, etc.).
    • Les saignements de nez peuvent être minimisés en évitant de pencher trop la tête vers l’avant.
    • Si les saignements vous semblent importants et incontrôlables malgré tous vos efforts, appelez une infirmière si vous êtes à l’hôpital, et de retour à la maison, contactez votre chirurgien ou rendez-vous à l’urgence de l’hôpital où vous vous êtes fait opérer.

Maux de gorge

Mal de gorge suite une chirurgie orthognathique aux mâchoires, orthodontie

  • Au réveil de l’anesthésie générale, vous remarquerez peut-être que votre gorge est douloureuse, particulièrement lors de la déglutition. Cette douleur est due au stress imposé aux tissus impliqués dans l’intubation nécessaire durant la chirurgie.
  • Un mal de gorge peut aussi survenir à cause de l’enflure provoquée par l’opération, surtout lorsque la mandibule a été repositionnée.
  • Les douleurs à la gorge ne durent habituellement pas plus de 2 ou 3 jours après la chirurgie.

 

  • Solutions :
    • De petites gorgées d’eau froide fréquentes peuvent apaiser la douleur temporairement.
    • Boire du thé tiède (attention, il ne doit pas être chaud!) peut aussi vous soulager.
    • Les mêmes solutions que celles pour les douleurs postopératoires (voir ci-dessus) peuvent être utilisées pour soulager les symptômes.
    • Le meilleur traitement pour les maux de gorge après une chirurgie orthognathique est le temps; tout devrait rentrer dans l’ordre en quelques jours.

Étourdissements et évanouissements

  • Étant donné que vous serez allongés sur le dos quelques heures pendant la chirurgie orthognathique et vous passerez ensuite du temps dans un lit d’hôpital, lorsque vous tenterez de vous lever la première fois, vous pourriez être pris de vertiges.
  • Certains effets secondaires des médicaments prescrits après votre opération pourraient également vous causer des étourdissements.
  • L’alimentation déficiente due à une difficulté accrue d’ingérer de la nourriture avec vos mâchoires immobilisées pourrait vous affaiblir au point où il soit difficile de vous tenir debout très longtemps durant les premiers jours après la chirurgie.
  • Il est donc normal d’être étourdis et même de risquer de vous évanouir les premières fois que vous tenterez de marcher. Il est donc important de prendre quelques précautions pour éviter de vous blesser si vous tombez subitement.

 

  • Solutions :
    • Assoyez-vous quelques minutes sur le bord du lit ou d’un divan avant de vous tenir debout si vous êtes couchés pendant un petit moment et rassoyez-vous au besoin soit sur le lit ou par terre si vous vous sentez étourdis.
    • Essayez de manger ou boire un peu pour vous redonner des forces.
    • Évitez de faire de l’exercice physique ou des tâches ménagères au moins la première semaine après votre opération et recommencez tranquillement selon les recommandations de votre chirurgien.
    • Évitez de prendre le volant et même de vous occuper seul de jeunes enfants si vous êtes étourdis.
    • Assurez-vous de marcher sur des surfaces non glissantes et planes lorsque vous expérimentez des symptômes d’étourdissement afin d’éviter de vous blesser ou tomber sur votre visage.

Salive et sécrétions nasales

  • La chirurgie orthognathique est reconnue pour augmenter significativement la production de salive.
  • Certains patients rapportent qu’ils ont même l’impression qu’ils s’étoufferont avec leur salive après leur chirurgie.
  • Les sécrétions nasales peuvent également être plus abondantes à cause de l’intubation nasale nécessaire pendant la chirurgie de mâchoire et également si les sinus ont été touchés pendant le repositionnement de la mâchoire supérieure.
    • Ces sécrétions peuvent même provoquer de la congestion nasale. Plus rarement, une sinusite peut survenir; dans un tel cas, une pression inhabituelle aux sinus peut apparaître, comme lorsque vous êtes enrhumés. Heureusement, des traitements existent pour vous soulager.
  • Ces phénomènes sont normaux et temporaires, quoique très désagréables pour la personne qui les subit.
  • La production de salive et les sécrétions nasales excessives devraient en principe s’estomper à mesure que le corps guérit de la chirurgie. Si le problème persiste au-delà de quelques semaines, contactez votre chirurgien.

 

  • Solutions :
    • À l’hôpital, vous pourriez avoir accès à un « aspirateur de sécrétions » manuel après votre chirurgie pour aspirer le surplus de salive dans votre bouche.
    • Une petite serviette peut être placée autour de votre cou pour éponger vos lèvres et/ou votre menton ou encore pour récolter la salive qui coulerait sans que vous vous en rendiez compte, surtout si le bas de votre visage est engourdi à cause de l’opération.
    • Assurez-vous d’avoir une bonne quantité de boîtes de mouchoirs à la maison afin de pouvoir vous éponger le bas du visage ou d’essuyer votre nez aussi souvent que vous en aurez besoin.
    • Une solution saline en vaporisateur ou en gouttes peut vous aider à nettoyer vos sinus. Vous pouvez également demander conseil à votre chirurgien pour savoir si les bains nasaux du type Sinus Rinse™ ou des décongestionnants vous conviennent.
    • Si les sécrétions nasales sont épaisses, il n’est pas recommandé de vous moucher vigoureusement, et ce, jusqu’à dix jours après votre chirurgie pour minimiser les risques d’infection ou de saignements de nez. Vous pouvez alors utiliser des cotons-tiges imbibés d’eau tiède pour déloger les sécrétions de vos narines.
    • En cas de sinusite causée par une chirurgie de mâchoire, la prise d’antibiotiques n’est habituellement pas indiquée.

Ecchymoses

  • Du sang peut se propager aux tissus internes autour des sites chirurgicaux d’une opération aux mâchoires. Des « bleus » peuvent alors apparaître au visage en premier lieu et descendre dans le cou et même au niveau de la partie supérieure de votre tronc.
  • Ces ecchymoses prendront plusieurs couleurs, allant du noir ou mauve au bleu et prenant ensuite des teintes de vert et de jaune avant de disparaître complètement. Certaines personnes rapportent avoir l’impression de voir passer toutes les couleurs de l’arc-en-ciel sur leurs ecchymoses durant le processus de guérison!
  • Ces ecchymoses ne devraient pas être trop douloureuses et ne sont pas alarmantes même si elles semblent vraiment imposantes.
  • Si vos ecchymoses sont douloureuses, dures ou semblent enflées, vous devez contacter votre chirurgien sans délai.

 

  • Solutions :
    • Le temps est le meilleur remède à ces bleus qui disparaissent au bout de quelques jours tandis que le corps se débarrasse du sang qui a « coulé » dans les tissus internes.

Ouverture buccale limitée dental pain douleur dentaire operation machoire chirurgie orthodontie sac glace compresse toothache

  • Vous aurez probablement les mâchoires immobilisées à l’aide d’élastiques ou de broches après votre chirurgie afin de permettre à vos mâchoires d’entamer un processus de guérison dans une position optimisant votre occlusion. La durée de cette restriction de mouvement est variable et est habituellement d’environ une semaine. Les élastiques permettent tout de même une certaine ouverture de la bouche.
  • Il se peut également que les élastiques retenant vos mâchoires ensemble soient un peu moins serrés, vous permettant de séparer légèrement les mâchoires; les élastiques servent alors à guider les mâchoires dans une bonne position lors de la fermeture et les maintenir ainsi pendant la guérison.
  • Passer sept jours au minimum à ne pas bouger les mâchoires peut ankyloser un peu les articulations temporomandibulaires (ATMs) si bien qu’après l’enlèvement des élastiques qui maintiennent vos mâchoires ensemble, vous aurez peut-être de la difficulté à ouvrir la bouche et vous sentirez que vos mâchoires sont raides. C’est normal. L’amplitude d’ouverture de la bouche reviendra à mesure que vous ouvrirez et fermerez votre bouche pendant la convalescence.
  • Dépendamment des individus, il se pourrait que les raideurs à la mâchoire persistent pendant plusieurs mois.
  • L’enflure des tissus et le fait que votre chirurgien peut avoir gardé la mandibule ouverte pendant une bonne période de temps pendant la chirurgie peuvent également contribuer à la limitation de l’ouverture de votre bouche.

 

  • Solutions :
    • La patience est de mise pour ce symptôme, car vous devez éviter de vous blesser en forçant votre bouche et vos mâchoires. Normalement, l’ouverture devient de plus en plus grande avec le temps.
    • Suivez les recommandations de votre chirurgien concernant de petits exercices que vous pourrez faire pour retrouver une ouverture normale de la bouche.
    • Plus rarement, des traitements de physiothérapie pourraient vous être recommandés pour vous aider si l’ouverture de votre bouche demeure limitée après un certain temps.

Autres éléments reliés à la guérison

  • Vos lèvres risquent d’être gonflées et même gercées après votre chirurgie de mâchoires à cause de leur étirement durant la procédure, étant donné que la chirurgie se fait à l’intérieur de votre bouche. Du baume à lèvres ou de la vaseline peuvent aider à vous soulager. Pour les cas où les lèvres sont enflées, une crème médicamentée peut même être prescrite pour aider à résorber l’œdème.
  • Des changements dans l’odeur de votre haleine sont complètement normaux et inévitables; ils sont causés par le processus de guérison, votre piètre alimentation et votre incapacité à vous brosser la majorité de votre bouche. Cette conséquence est temporaire. Avoir une bonne hygiène buccodentaire minimisera cet effet secondaire.
  • Vous pourriez vous sentir plus déprimés qu’à l’habitude après votre chirurgie, surtout de retour à la maison. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette baisse de moral, mais le plus fréquent est la médication donnée pendant et immédiatement après la chirurgie qui peut avoir l’effet de vous donner un petit regain d’énergie. Lorsque vous cessez de la prendre, vous ressentirez probablement une petite déprime ou « blues ». Cette déprime est temporaire; pendant cette période, vous aurez besoin de plus de soutien de vos proches. Vous pouvez également vous rappeler que votre convalescence ne durera pas longtemps et que chaque jour qui passe est une étape de plus vers une récupération totale. Si votre déprime perdure plus de quelques jours, discutez-en avec votre chirurgien.
  • L’apparence de votre visage risque de changer étant donné que les os de la mâchoire supportent certains muscles qui définissent les traits de votre visage. Ces changements sont le plus souvent favorables, mais ils sont également difficilement prévisibles. Certaines personnes se retrouvent avec un tout nouveau visage tandis que d’autres verront de moins grands changements. Dans tous les cas, une période d’adaptation est nécessaire avant de vous sentir à l’aise avec votre nouveau visage. Votre entourage pourrait également avoir besoin de temps à s’adapter. L’apparence finale du visage pourrait prendre quelques mois avant de se stabiliser à cause de l’enflure persistante de certains tissus et le repositionnement des muscles afin qu’ils se synchronisent avec la position de vos mâchoires.

Autres symptômes

Plusieurs patients seront tentés d’essayer de trouver des réponses à différents symptômes postopératoires sur internet soit en faisant des recherches ou en posant des questions sur des blogues (professionnels ou amateurs). Ces symptômes peuvent inclure l’apparition d’une bosse ou d’une excroissance, l’incapacité à se concentrer et des maux de tête. Bien qu’il puisse exister une corrélation entre la chirurgie et l’apparition de certains symptômes dans la bouche, le visage ou le cou, il est toujours plus prudent de consulter directement votre chirurgien en cas de doute. Il peut arriver que les symptômes ressentis ne soient pas liés à l’opération. À cause de cela, nous ne sommes pas en mesure de vous aider davantage et si vous n’êtes pas rassurés par l’information que vous trouvez sur cette page discutez-en avec votre chirurgien et orthodontiste en charge de votre cas.

Suite de lecture sur la chirurgie orthognathique

Trucs et astuces pour le patient
Les complications possibles
Précautions postopératoires

Mise à jour pour