Ortho-chirurgie – Classe 2

Merci de voter pour cet article

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (1 votes, moyenne: 5.00 sur 5)

Loading...

Les cas de classe 2 présentant un important déséquilibre squelettique chez des patients n’ayant plus de croissance nécessitent souvent une chirurgie orthognathique.

Les technologies modernes nous permettent d’obtenir une précision inégalée dans la préparation et la planification des cas d’ortho-chirurgie avec l’utilisation des radiographies 3D, de logiciels spécialisés très puissants et d’imprimantes 3D.Simulation chirurgicale en 3D avec le logiciel Proplan pour une malocclusion classe 2. Ortho-chirurgie.

L’exemple suivant est une simulation informatique 3D d’une correction chirurgicale complexe des deux mâchoires chez une jeune femme de 26 ans affectée pas une malocclusion de type classe II, des asymétries dans chaque mâchoire et un menton reculé (rétrognathie mandibulaire).

  • Une fois la phase préparatoire complétée en orthodontie, la patiente est référée au chirurgien maxillo-facial avec qui le traitement d’ortho-chirurgie fut planifié.
  • Le chirurgien prend une tomodensitométrie volumique à faisceau conique (TVFC) pour avoir une représentation tridimensionnelle des mâchoires. Il utilise par la suite un logiciel spécialisé permettant de simuler, dans les moindres détails et dans toutes les dimensions, tous les mouvements des mâchoires qui devront être effectués lors de la chirurgie.
  • Ceci lui permet de déterminer précisément l’amplitude et la direction des mouvements nécessaires pour chaque mâchoire, vérifier la précision des mouvements à effectuer et de s’assurer d’un agencement adéquat des mâchoires et de la dentition.
  • Dans un cas complexe comme celui-ci présentant d’importantes asymétries en trois dimensions, il fut nécessaire de faire non seulement des corrections aux deux maxillaires mais chaque mâchoire a dû être sectionnée en plusieurs segments pour atteindre les objectifs de traitement permettant d’obtenir une symétrie et une fonction adéquates.
  • Cette simulation permit de déterminer qu’un simple avancement mandibulaire ne permettrait pas d’obtenir un profil avec un menton bien proportionné au reste du visage. Il fut donc déterminé qu’une génioplastie d’avancement serait aussi nécessaire à la mandibule pour améliorer l’esthétique et les proportions du visage affectées par un menton fuyant.
  • Une telle simulation virtuelle permet de prédire le changement dans l’angulation de la mâchoire inférieure qui se produira suite à l’auto-rotation de la mandibule après la correction du maxillaire supérieur.
  • Une fois que le chirurgien est satisfait des résultats de sa simulation, il fait fabriquer par impression 3D des plaques articulaires qui seront utilisées lors de la chirurgie pour s’assurer que les mâchoires et les dents seront placées exactement où il le faut pour obtenir les résultats visés.
  • La précision du logiciel permet de déterminer au dixième de millimètre et au degré prés les mouvements planifiés en trois dimensions. Il serait impossible de faire de telles prédictions sans la prise de radiographies 3D (TVFC) et l’utilisation de ces logiciels sophistiqués.
  • L’utilisation des ces technologies modernes nous permet de traiter des cas inter-disciplinaires plus complexes et avec une plus grande précision et efficacité qu’il était possible de l’envisager auparavant.

 

Simulation informatique 3D d'une correction chirurgicale complexe des deux mâchoires. (A) Vue de face, des côtés et inférieure des mâchoires après la préparation orthodontique mais avant la chirurgie. La mandibule et le maxillaire supérieur sont de couleurs différentes. (B) Simulation faite par le chirurgien maxillo-facial à l'aide d'une radiographie 3D (TVFC) et du logiciel de simulation. Chaque couleur représente une coupe qui devra être faite dans la mâchoire. (C) Mâchoires avant la chirurgie. (D) Calcul de la rotation mandibulaire qui résultera des mouvements chirurgicaux. (E) Détails de la chirurgie mandibulaire indiquant au chirurgien la position du nerf mandibulaire et la position de chaque segment de mâchoire à une fraction de millimètre près. (F) Vue de face du maxillaire supérieur et des détails des mouvements chirurgicaux. Il serait impossible de faire une telle planification chirurgicale sans ces nouvelles technologies. Simulation, gracieuseté du Dr Gaétan Noreau, chirurgien maxillo-facial, Sherbrooke. © 2016.

Simulation informatique 3D d’une correction chirurgicale complexe des deux mâchoires.  Simulation, gracieuseté du Dr Gaétan Noreau, chirurgien maxillo-facial, Sherbrooke. © 2017.

À l’aide d’une radiographie 3D (TVFC) et d’un logiciel de simulation, le chirurgien maxillo-facial peut planifier la chirurgie orthognathique dans les moindres détails et s’assurer d’obtenir les meilleurs résultats possibles lors de l’opération. Chaque couleur représente une partie des mâchoires qui devra être repositionnée lors de la chirurgie.

  • (A) Vue de face, des côtés et inférieure des mâchoires après la préparation orthodontique. La mandibule et le maxillaire supérieur sont de couleurs différentes. La première étape de la chirurgie consiste à “remonter” le maxillaire supérieur par une impaction maxillaire (partie turquoise). Les flèches jaunes sur la troisième image indiquent l’endroit ou une coupe (ostéotomie) sera faite pour déplacer le segment postérieur gauche séparément du reste du maxillaire. Ce segment (et les flèches bleues) sont aussi visibles dans la vue de face du maxillaire supérieur en (F).
  • (B) La seconde étape de la chirurgie consiste à avancer la mandibule (partie jaune) et l’ajuster au maxillaire qui a été repositionné dans l’étape précédente. Le menton est aussi avancé séparément par une génioplastie d’avancement (partie bleue).
  • (C) Mâchoires avant la chirurgie.
  • (D) Calcul de la rotation mandibulaire qui résultera des divers mouvements chirurgicaux.
  • (E) Détails de la chirurgie mandibulaire indiquant au chirurgien la position du nerf mandibulaire et la position de chaque segment de mâchoire à une fraction de millimètre près.
  • (F) Vue de face du maxillaire supérieur et des détails des mouvements chirurgicaux. Le maxillaire est sectionné du côté gauche pour déplacer ce segment séparément.

Il serait impossible de faire une telle planification chirurgicale sans ces nouvelles technologies.

Plaque articulaire utilisée pour le positionnement précis des mâchoires lors de la chirurgie orthognathique.

Plaque articulaire (flèches) utilisée par le chirurgien maxillo-facial pour le positionnement précis des mâchoires et des dents lors de la chirurgie orthognathique. Cette plaque est fabriquée par une imprimante 3D une fois la simulation terminée. (A) Vue du côté droit. (B) Vue de face. (C) Vue de l’intérieur de la bouche.  Détails de la position des dents sur la surface supérieure de la plaque occlusale (D) et sur la surface inférieure (E). La précision de cette plaque est très critique car elle servira à positionner les segments des mâchoires et les articuler convenablement.

Résultat de la chirurgie orthognathique

Toute cette planification se traduit par des mouvements chirurgicaux qui sont décrits dans le rapport du chirurgien maxillo-facial comme suit :

  • Au maxillaire supérieur :
    • Ostéotomie Le Fort 1 multi-segmentaire d’impaction globale de 2,5 mm (segment dents #24 – 27) , d’avancement 2,5 mm et correction de l’asymétrie pour corriger l’inclinaison du plan occlusal.
    • Ablation des dents de sagesse  #18 et 28.
  • À la mandibule :
    • Ostéotomie sagittale mandibulaire bilatérale d’avancement de 4,5 à 5 mm, latérodéviation droite de 3,5 mm et correction d’asymétrie pour corriger l’inclinaison du plan occlusal.
    • Génioplastie d’avancement.

Classe 2 et béance antérieure

Simulation de la correction chirurgicale d'une malocclusion classe 2 ayant une béance antérieure. Simulation, gracieuseté du Dr Jean-François Aubin, chirurgien maxillo-facial, Sherbrooke. © 2016.

Simulation de la correction chirurgicale d’une malocclusion classe 2 ayant une béance antérieure. Simulation, gracieuseté du Dr Jean-François Aubin, chirurgien maxillo-facial, Sherbrooke , © 2017

  • (A) Occlusion et relation des mâchoires après les corrections orthodontiques pré-chirurgicales;
    • la mandibule est rétrognathe (trop courte) bien que cela ne soit pas évident sur une vue de face.
    • On peut par contre percevoir l’asymétrie verticale et la béance antérieure.
  • (B) La première étape de la chirurgie consiste à corriger la position du maxillaire supérieur (couleur turquoise) en 3 dimensions en le remontant et en changeant l’inclinaison du plan occlusal (impaction maxillaire différentielle).
  • (C) Une fois le maxillaire bien positionné, la partie antérieure de la mandibule est avancée  (ostéotomie sagittale bilatérale) et repositionnée de façon à corriger l’inclinaison du plan occlusal et l’harmoniser avec la nouvelle position du maxillaire supérieur.
  • (D) Une fois l’occlusion établie correctement, le menton est avancé (génioplastie d’avancement) pour augmenter davantage la longueur mandibulaire totale et améliorer le profil du visage.

 

➡ Pour voir une simulation similaire en 3D pour une malocclusion de type classe 3.

 

 

Copyright ©, tous doits réservés - All rights reserved. orthoLemay.com www.orthodontisteenligne.com orthodontiste à Sherbrooke  

➡ Updated: ?date:yyyy-MM-dd? at ?time:”HH:mm:ss”? © Jules E. Lemay, OrthoLemay.com – Tous droits réservés / All rights reserved

Commentaires et/ou questions (10)

  1. Adam dit :

    Puis-je demander une seconde opinion à un autre chirurgien

    Bonjour Dr,
    J’ai besoin d’une ostéotomie bimaxillaire + génioplastie pour corriger ma classe 2 et mon SADAM.
    Un chirurgien m’a déjà prescrit un cone beam mandibulaire, un scanner des sinus et des téléradio de face et profil.

    Pour prendre le moins de risques possible, je voudrais demander une simulation à un second chirurgien (plus réputé) à partir de ces mêmes radios.
    Pensez vous qu’il accepte de travailler à partir de ces radios (et la comparaison avec son pair) ou bien dois je me décider sur le chirurgien dès le départ ?

    • Dr Jules dit :

      Vous pouvez toujours demander une seconde opinion à un autre praticien et je vous encourage à le faire si vous n’êtes pas confortable avec ce qui vous a été présenté par le premier chirurgien. Normalement, le chirurgien devrait pouvoir vous donner une copie du matériel diagnostique qu’il a pris.

      Un commentaire en passant concernant la “correction” de votre SADAM; ayez des attentes réalistes face à l’élimination de ce problème ou l’amélioration des symptômes car personne ne devrait vous “garantir” quoi que ce soit à ce sujet alors assurez-vous de poser toutes les questions nécessaires avant les interventions.

      ➡ Pour en savoir plus sur les articulations temporo-mandibulaires et le port de plaque occlusale.

  2. ouki dit :

    Chirurgie aux mâchoires obligatoire?

    bonjour je suis âgée de 31 ans je souhaiterais savoir si jetais oblige d’effectuer une chirurgie . j’ai une malocclusion de classe 2 avec surplomb de 1.2 cm .

  3. Salma dit :

    Quand extraite les dents de sagesse en vue d’une chirurgie orthognathique?

    Bonjour Dr,
    Dans 18 jours, je dois me faire opérer d’une bimaxillaire + génioplastie. J’ai une classe 2 et le visage très long.
    Seulement je suis quasi sure que mes dents de sagesse du bas sont en train de pousser. Pensez-vous qu’on va me les retirer avant? Après ? Pendant ? Je ne veux surtout pas repousser l’operation. Je l’attend depuis trop longtemps.

    Merci d’avance
    Cordialement

    • Dr Jules dit :

      Normalement, la plupart des chirurgiens maxillo-faciaux préfèrent retirer les dents de sagesse inférieures 6 mois avant une chirurgie orthognathique mandibulaire afin d’éviter de mauvaise fractures lors de la chirurgie à la mandibule, mais il peut y avoir des exceptions. Les troisièmes molaires supérieures (dent de sagesse) peuvent parfois être extraites lors de la chirurgie orthognathique.
      Vérifier le tout avec votre propre chirurgien afin qu’il vous dise comment il planifie le tout.

      ➡ Pour en savoir plus sur les différentes étapes d’un traitement d’ortho-chirurgie.

      • Salma dit :
        Vous voulez dire que mon operation risque peut-etre d’etre repoussée de 6 mois ??
        Ce n’est pas une 3eme molaire, c’est une dent de sagesse..
        • Dr Jules dit :

          Une troisième molaire est une dent de sagesse, même chose.
          Comme je vous ai répondu précédemment, demandez à votre chirurgien, il est le seul qui pourra vous dire ce qu’il planifie faire.

  4. mignot dit :

    Luxation d’ATM et chirurgie

    Bonjour,
    Je souffre d’une luxation depuis plus d’un mois qui n’arrive pas à être soigné. Mes muscles tétanise et tirent.
    J’ai entamé un traitement orthodontique pour corriger ma malocclusion de type 2 qui a révélé un décalage important des 2 mâchoires.
    On me propose une chirurgie pour l’avancer mais j’ai peur qu’elle entraine des complications importantes sur mes disques et d’avoir une luxation irréductible.
    Y a t il un risque ou c’est le faite de ne rien faire qui serait plus dommageable.
    Merci
    Je précise que je suis sous botox pour calmer les muscles mais ça tire toujours d’un coté

    • Dr Jules dit :

      C’est du cas par cas, il y a toujours des risques à tout traitement, surtout s’il y a déjà des symptômes aux articulations temporo-mandibulaires au départ. Rien de peut “garantir” l’amélioration ou l’élimination de ces symptômes. Demandez à votre orthodontiste et chirurgien ce qu’ils en pensent car ce sont eux qui sont les plus familier avec votre cas et le plan de traitement qu’ils ont planifié pour vous.

      ➡ Pour en savoir plus sur les articulations temporo-mandibulaires et le port de plaque occlusale.

Laisser un commentaire

*

*

*

Les champs suivis d’un astérisque* sont obligatoires.