Absence des latérales; ouvrir ou fermer l’espace?

Merci de voter pour cet article

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (4 votes, moyenne: 5.00 sur 5)

Loading...

Quelle est la meilleure option?Options de traitement pour des latérales absentes; ouvrir ou fermer l'espace en orthodontie ?

  • Lorsqu’il y a absence des latérales supérieures permanentes, deux options de traitement sont possibles; ouvrir ou garder l’espace ouvert pour remplacer les latérales manquantes ou fermer tout l’espace et substituer les canines pour les latérales. Quelle est la meilleure option?
  • Afin de tenter de répondre à cette question, une revue systématique de la littérature scientifique traitant du remplacement prothétique ou de  la fermeture de l’espace lorsqu’une ou deux latérales supérieures sont manquantes a été faite par Silveira et ses confrères en août 2016.1  La recherche de différentes bases de données a permis d’identifier 978 articles mais analyse très rigoureuse, seulement 9 articles furent retenus comme étant des  études de cas contrôlées répondant aux critères d’inclusion et d’exclusion pré-définis. *1  Toutes les études qui évaluaient et comparaient les résultats d’occlusion (fonction), parodontaux et les aspects esthétiques en ce qui a trait aux différents traitements prothétiques et de fermeture d’espace en orthodontie pour des patients ayant une agénésie (absence de formation de la dent) d’une latérale maxillaire permanente (unilatérale ou bilatérale) furent incluses dans cette revue systématique.
  • Le traitement orthodontique idéal pour le remplacement de latérales supérieures absentes :
    • demeure un sujet controversé tant dans le milieu orthodontique académique que clinique et ce débat persiste depuis plus de 5 décennies.2, 3  Une absence de consensus existe entre la décision d’ouvrir l’espace pour le remplacement prothétique des dents absentes ou de fermer ces espaces orthodontiquement et par la suite modifier la forme des canines pour qu’elles ressemblent le plus possible à des latérales. C’est pourquoi nous avons écrit cette chronique pour démystifier les différentes positions existant dans le domaine dentaire et orthodontique.
    • dépendra de plusieurs facteurs dont la malocclusion du patient (chevauchement, déséquilibre des mâchoires, asymétries, etc.), le potentiel de croissance restant (âge du patient), le profil et esthétique du visage, la ligne du sourire (voit-on les dents lors du sourire?), et la qualité des dents antérieures, particulièrement des canines (grosseur, proportions, couleur, forme, contour, etc.).21
    •  devra aussi viser l’obtention d’une occlusion qui sera esthétique, confortable, fonctionnelle, favorisant la santé parodontale et qui demeurera le plus stable possible à long terme.18   ➡ Pour en savoir plus sur l’esthétique du sourire et ce qui l’affecte  (position des dents, gencive, lèvres, lignes médianes, etc.)
  • Ouverture de l’espace
    • Les cliniciens qui défendent le remplacement prothétique croient que le guide que procure la canine pendant la fonction est idéal pour préserver la santé de l’occlusion à long terme. 4, 5 Ils rapportent aussi qu’il est difficile d’obtenir un résultat esthétique satisfaisant lorsqu’une canine remplace une latérale à cause de la différence de couleur, forme ou de volume de la racine.6, 7
  • Fermeture de l’espace
    • À l’opposé, ceux qui préconisent la fermeture orthodontique de l’espace sont d’avis que la condition et santé parodontale seront meilleures que celles observées chez des patients ayant une prothèse partiel fixe.8, 9, 10  De plus, les résultats esthétiques avec la fermeture d’espace serait plus naturelle si une modification de la couronne (améloplastie) est faite et si la racine de la canine est bien positionnée et inclinée dans l’os alvéolaire. 8, 3, 11, 1
    • L’avantage principal favorisant la fermeture des espaces des latérales est que le traitement est complètement terminé dès la fin des corrections orthodontiques et cette approche permet à l’architecture ou le contour des tissus durs et mous (os et gencive entourant la dent) de demeurer dans un état naturel qui peux mieux supporter les changements au cours des années subséquentes. Par contre, la canine aura besoin d’être réduite ou modifiée dans la largeur, hauteur et contour labial et lingual par une améloplastie (meulage sélectif de l’émail dentaire), d’être blanchie car elle est plus foncée au départ (blanchiment dentaire), et d’être modifiée par du composite dentaire ou une facette prothétique pour optimiser sa forme et lui donner l’allure de la latérale qu’elle remplace.  La dimension de la prémolaire qui elle remplacera la canine doit aussi souvent être augmentée dans sa largeur et hauteur et la cuspide linguale doit être réduit pour le rendre plus fonctionnel à l’image d’une canine.12
    • Bien que cette liste des modifications nécessaires pour modifier les canines et prémolaires dans les cas de substitution dentaire semble exhaustive, ce ne sont pas des procédures difficile à faire et très coûteuses.Fermeture de l’espace

1- Résultats de la revue de littérature

Voici les principales conclusions de la révision des différents articles retenus pour cette revue de littérature :

Condition parodontale Études scientifiques, scientific studies, orthodontie orthodontics, Sherbrooke

  • L’évaluation parodontale a comparé des traitements ayant catégorisé, à l’aide de différents indices, des facteurs comme l’œdème et la couleur de la gencive, le saignement au sondage, les ulcérations, les facteurs de rétention, la quantité de plaque bactérienne et le remplissage de l’espace interdentaire par la papille gingivale.
  • Aucune des études n’a pu démontrer que les ponts céramo-métalliques ou en composite procuraient une meilleure santé ou condition parodontale que la fermeture orthodontique des espaces. Il n’y avait pas non plus de différence entre les deux groupes pour la présence de déhiscences gingivales (perte de gencive) sur la surface vestibulaire des prémolaires qui ont été déplacées vers l’avant en position des canines.9, 10
  • Lorsque la comparaison est faite entre la fermeture de l’espace et des des prothèses implanto-portées (sur des implants dentaires), il y avait moins de remplissage de l’espace interdentaire par la papille gingivale entre les incisives centrales et latérales dans le groupe prothétique.13
  • Les facteurs favorisant l’accumulation et la rétention de plaque bactérienne comme la présence de pontiques, de crochets sur des prothèses amovibles (dentiers partiels), des contours excessifs dans le design de la couronne, un une mauvaise adaptation de la dent prothétique à son support implantaire ou aux dents adjacentes ont été identifiés comme étant les principales causes responsables responsables des problèmes parodontaux.9, 10

Fonction occlusale

  • L’occlusion et les signes et symptômes de troubles de dysfonction des articulations temporo-mandibulaires (TDM) ont été comparés selon le type de traitement. L’évaluation occlusale a noté quelles dents se touchaient pendant les divers mouvements mandibulaires, s’il y avait glissement entre différentes positions mandibulaires, des interférences entre les dents opposées et les signes de TDM furent évalués cliniquement et par des questionnaires.
  • Bien que quelques études aient trouvé une différence entre les dents qui se touchent pendant la fonction pour les deux groupes étudiés, il n’y avait pas de différence statistiquement significatives entre les groupes en ce qui a trait au dommages dentaires (abfraction) et l’index de TMD.9, 10, 13
  • Les canines ont un rôle de “guide” pendant la fonction masticatoire en permettant un déplacement mandibulaire sans que trop de dents ne se touchent entre elles. Les études de cette revue ont démontré que chez les patients ayant eu une latérale remplacée prothétiquement seulement 11% et 33% des quadrants des arcades dentaires avaient un “guide canine” adéquat tandis qu’une autre étude cette caractéristique était présente chez 80% de ceux ayant les canines placées normalement (en relation classe 1).1
  • La présence ou l’absence d’un “guide canine” dans le traitement des cas d’agénésie des latérales supérieures n’avait pas d’influence  sur la fonction occlusale ou la présence de signes et symptômes des articulations temporo-mandibulaires. Une relation canine “classe 1” ne présuppose pas nécessairement la présence d’une occlusion avec protection des canines.1

Esthétique

  • Robertsson et Mohlin ont utilisé un questionnaire pour évaluer l’opinion des patients concernant la forme, la couleur, la symétrie des dents et la distribution des espaces dans la région antérieure maxillaire. Les résultats .ne montrèrent aucune différence  significative entre les deux groupes  sauf pour la couleur des dents adjacentes aux incisives centrales; 80 % des patients avec un remplacement prothétique étaient satisfaits comparativement à 45% du groupe avec la fermeture des espaces.10
  • Dans une autre étude, De Marchi a utilisé une échelle visuelle analogue pour évaluer la satisfaction de l’esthétique du sourire et le groupe avec la fermeture des espaces était considéré le meilleur.10
  • Pini quant à lui, a analysé les dimensions proportionnelles des dents et la gencive des 6 dents antérieures en présence d’une latérale prothétique pour conclure qu’il n’y avait aucune différence entre ce groupe et la dentition naturelle ou la fermeture de l’espace de la latérale pour ces deux paramètres.14
  • Les limitations esthétiques des prothèses dentaires supportées par des dents ou des implants dentaires génèrent plus de critiques négatives de la part du public, des patients et des dentistes que la fermeture des espaces qui est perçue plus favorablement par ces mêmes groupes.
  • Il existe 3 problèmes parodontaux importants causés par la présence d’un implant dentaire antérieur qui affectent l’esthétique et qui sont particulièrement évidents après un suivi de 10 ans suivant la pose de l’implant;
    • la rétraction gingivale vestibulaire (récession gingivale),
    • le remplissage incomplet de l’espace interdentaire par la papille gingivale et
    • la sous-occlusion de l’implant.
  • À ceci se rajoute le fait qu’il peut y avoir une importante perte osseuse autour de l’implant mais il y a une grande variation entre les individus pour ce point.
  • On peut souvent s’attendre à un changement du niveau vertical de la couronne implanto-portée comparé aux dents adjacentes naturelles avec l’éruption normale continue des dents naturelles, même chez les adultes, ce qui ne se produira pas avec l’implant. Ces changements peuvent être minimes mais grandement affecter l’esthétique. Ce phénomène est encore plus évident chez les patients ayant un “sourire gingival” ou un implant unilatéral (d’un seul côté de l’arcade). 15, 16, 17  Pour voir un exemple extrême de ce phénomène.
  • La conclusion des études scientifiques orthodontiques

    Il est important de noter que les sujets retenus pour ces études étaient de jeunes adultes et les variables étudiées on tendance à empirer avec les années.

Ces études ont évalué des critères très précis pour déterminer s’il y avait un avantage à utiliser une approche plutôt qu’une autre lorsque des latérales supérieures sont absentes et conclurent que l’approche prothétique ne procurait pas de réels avantages comparée à la fermeture d’espace. Les indications pour ouvrir ou fermer l’espace dépendront donc plutôt des caractéristiques buccales et occlusales du patient. Ainsi, un patient adulte présentant une Classe 3 avec une déficience squelettique antérieure ne présente pas les mêmes indications de traitement qu’un adolescent avec une Classe 2 accompagnée d’une protrusion dento-alvéolaire et labiale et une arcade inférieure bien alignée.

 

Considérations financières

  • Les études précédentes ont évalué les options de traitement orthodontique pour des latérales supérieures manquantes d’un point de vue dentaire. Une autre considération importante entre en ligne de compte pour de tels traitements est le coût du traitement et des procédures qui y sont associées. Peu importe les résultats des études, il reste qu’une approche prothétique visant à remplacer des dents manquantes, que ce soit par des prothèses fixes (implants dentaires, pont papillon (Maryland) ou pont fixe (“bridge”)) ou une prothèse partielle amovible (“dentier”) sera toujours plus dispendieuse que la fermeture des espaces en orthodontie. La valeur et le coût des serviceds dentaires et orthodontiques
  • Un implant dentaire et une couronne fixée sur cet implant peuvent coûter entre 2,000 et 3,000$ (le double pour remplacer 2 latérales manquantes). La durée de vie moyenne d’une couronne dentaire varie de 5 à 8 ans selon différentes études (ceci signifie que certaines couronnes peuvent durer moins de 5 ans et d’autres plus de 15 ans, selon plusieurs facteurs affectant leur longévité). Il est donc logique de croire qu’un jeune patient aura à faire remplacer ses couronnes implanto-portées quelques fois au cours de sa vie. Ce sont des frais importants qu’il faut prendre en considération.
  • Un autre point à réaliser est que, même si les études précédentes démontrent les meilleurs résultats obtenus en fermant les espaces, cette approche n’est pas toujours logique dans tous les cas. Prenons le cas d’une occlusion relativement bonne (classe 1 avec chevauchement modéré et un engrenage postérieur relativement acceptable des deux côtés et ayant les canines déjà dans une relation normale et fonctionnelle) mais ayant une absence des latérales supérieures. Si les latérales étaient présentes, il n’y aurait aucun doute que les canines seraient maintenues dans leur position actuelle. Par contre, même si les parents aimeraient éviter des frais prothétiques importants après l’orthodontie pour corriger une telle malocclusion, il ne serait pas logique de prendre des canines bien placées et de les avancer en position des latérales simplement pour éviter la pose d’implants dentaires. Dans un tel cas, il serait probablement préférable d’optimiser l’occlusion en gardant les canines dans leur position normale et de remplacer les latérales prothétiquement.

2- Étude de Zachrisson et Rosa

Zachrisson et Rosa ont publié un article comparant les deux approches classiques pour la planification d’un traitement orthodontique lorsqu’il y a absence d’incisives latérales supérieures nécessite de choisir entre deux options de traitement tel que décrit précédemment  soit fermer l’espace orthodontiquement ou le garder ouvert pour un futur remplacement prothétique (pont, implant dentaire).19 Quelques objections répertoriées à la fermeture des espaces sont que les résultats ne soient pas esthétiques en ne procurant pas une  apparence “naturelle”, que la fonction soit compromise et que la stabilité des résultats soit précaire.Dr Zachrisson et Rosa, orthodontiste et prosthodontiste; étude sur la substitution des canines pour remplacer des latérales manquantes.

  • Bien qu’il semble que ce soit préférable esthétiquement et fonctionnellement de créer de l’espace  pour le remplacement des latérales et même si la durée de vie des couronnes implanto-portée est meilleure que jamais, il reste que les complications biologiques à long terme sont fréquentes ?? et il est impossible de prédire après combien de temps ces changements inesthétiques se produiront.
    • Une infraclusion progressive peut se produire à cause de l’éruption progressive des dents adjacentes tandis que la couronne supportée par un implant dentaire ne subira pas de tels changements. La couronne deviendra plus basse et plus  avancée par rapport aux autres dents et on rapporte qu’une coloration bleutée de la gencive affectera 50% des implants unitaires sur une période de 4 ans (voir illustration 1).
    • Une autre complication possible est la récession gingivale qui laissera paraître le collet métallique de l’implant de la canine. Le manque d’une papille gingivale complète autour des couronnes sur implants est un autre problème esthétique. Finalement, il n’est pas facile de faire des couronnes sur implants qui s’harmonisent parfaitement avec les dents adjacentes. La couleur d’une canine qui remplace une latérale lorsque l’espace de la latérale est fermé orthodontiquement s’harmonise mieux avec les autres dents naturelles que la couleur d’une couronne en porcelaine (remplacement de la latérale par un implant).Bien qu’il semble que ce soit préférable esthétiquement et fonctionnellement de créer de l’espace  pour le remplacement des latérales et même si la durée de vie des couronnes implanto-portée est meilleure que jamais, il reste que les complications biologiques à long terme sont fréquentes ?? et il est impossible de prédire après combien de temps ces changements inesthétiques se produiront.

Considérations parodontales et longévité

Une autre considération est la longévité des restaurations. Avec un remplacement dentaire (fermeture d’espace) les résultats sont plus “permanents”. L’os alvéolaire est maintenu par le déplacement de la canine et il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une rétention ayant une dent prothétique (pont papillon, prothèse amovible, autre moyen prothétique, etc.) jusqu’à la pose de l’implant, ce qui peut être un délai de plusieurs années.  Avec la fermeture d’espace, la gencive et papille en santé évolueront de façon harmonieuse avec les autres dents de sorte que toutes modifications naturelles à long terme sembleront plus naturelles. Zachrisson considère donc qu’un résultat  obtenu par la fermeture d’espaces dans la région antérieure supérieure est plus biologique et esthétique que l’insertion d’un corps étranger (implant dentaire) qui demeurera en place pour la vie du patient.

Changements inesthétiques d'une couronne implanto-portée remplaçant une incisive latérale manquante.

Illustration 1 / Exemple de changements possible avec le temps affectant une couronne temporaire. (A) Femme de 20 ans chez qui l’espace de la latérale supérieure gauche manquante a été ouvert pour y poser un implant dentaire. (B) Couronne temporaire en place. (C) Après seulement 5 ans, une infraclusion est déjà visible sur la couronne implanto-portée à cause de l’éruption continue des dents adjacentes, rendant le contour gingival inesthétique (Zachrisson et Rosa, JCO 2010).

 

SUbstitution d'une canine pour une latérale manquante et facette de porcelaine sur une latérale difforme.

Illustration 2 / Exemple de substitution des canines pour des incisives latérales manquantes. (A) Adolescente ayant une incisive latérale supérieure droite manquante (anodontie) et l’incisive latérale gauche étroite et difforme. (B) Après le traitement d’orthodontie ayant rapproché la canine droite contre l’incisive centrale et l’ayant modifiée par meulage sélectif (améloplastie), une facette de porcelaine fut placée sur la latérale gauche difforme. (C) 19 ans plus tard, il n’y a aucun signe d’infraclusion, la gencive est intacte et de couleur et formes normales et les papilles gingivales sont intactes (Zachrisson  et Rosa, JCO 2010).

Avantages et complications de la substitution par implant dentaire unitaire  pour des incisives supérieures latérale maxillaires manquantes.

Avantages des implants unitaires

  • Bonne occlusion postérieure.
  • Esthétique satisfaisante à court terme.
  • Traitement orthodontique relativement plus court et simple.
  • Pas besoin de modifier les dents adjacentes.
  • Ostéointégration de l’implant à long terme.
 

Complications communes des implants unitaires

  • Infraclusion progressive, même chez les adultes.
  • Pas de changement dans la position de l’implant pour “suivre” les autres dents naturelles.
  • Coloration bleu de la gencive.
  • Visibilité de collet métallique de l’implant.
  • Récession gingivale interdentaire (papilles gingivales).
  • Difficulté à faire des couronnes en porcelaine d’apparence naturelle.
  • Pas de suivi ou observation à long terme (>15 ans) disponibles.

Ce que Dr Jules en pense!

  • Bien que plusieurs articles scientifiques et rapport de cas (”case reports”) publiés sur le Web et dans les revues professionnelles montrent de très beaux cas de couronnes implanto-portées pour remplacer des incisives latérales supérieures, la réalité est que de tels cas peuvent souvent être considérés comme des “trophées” et ne sont malheureusement pas monnaie courante ou la norme et par conséquent plutôt rares. De plus, très peu d’auteurs montrent un suivi de ces cas plusieurs années après la pose des couronnes et, comme décrit précédemment, les problèmes esthétiques sont plutôt communs après quelques années mais les dents prothétiques doivent durer plusieurs décennies et être remplacées régulièrement. Une pièce manquante d'un casse-tête nous oblige à envisager un traitement d'orthodontie de compromis.
  • Malgré la bonne volonté des dentistes à procurer un résultat optimal à tous les points de vue (confort, esthétique, fonction), après avoir vu des centaines de latérales remplacées par différents moyens prothétiques, notre propre expérience semble refléter les conclusions de Zachrisson et d’autres auteurs. Il est rare (mais pas impossible) de voir des résultats esthétiques hors pairs ou exceptionnels ne permettant pas de distinguer une couronne sur implant d’une dent naturelle. Après plusieurs années, ces différences s’accentuent. Il est fréquent de voir des couronnes qui qui n’ont pas une forme ou couleur idéales ou qui ne s’harmonisent pas bien avec le contour de la gencive.
  • Il y a beaucoup de variables et étapes dans la fabrication d’une couronne sur implant. Le succès final dépendra de la planification du dentiste posant l’implant dentaire, de celui qui posera la couronne, du laboratoire dentaire qui la fabriquera, de la coopération du patient avec son hygiène buccodentaire, etc. et chaque étape doit être exécutée “à la perfection”  pour obtenir un résultat optimal.
  • De plus, même avec la plus belle et meilleure des couronnes, il faut que le patient réalise qu’une couronne faite au début de la vingtaine devra être remplacée plusieurs fois au cours de la vie du patient (diverses études concluent que la durée de vie moyenne d’une couronne varie entre 5 et 8 ans) ce qui représente une considération économique importante.
  • En conclusion, tout traitement dentaire ou orthodontique d’une dentition ayant des incisives latérales supérieures manquantes doit être considéré comme une forme de traitement de compromis par rapport à une dentition naturelle complète, normale et idéale.  Traiter de tels cas pourrait être comparé à faire un casse-tête alors qu’il manque quelques pièces. Un beau résultat peut être obtenu mais il y aura toujours quelques “imperfections” ou irrégularités présentes.

3- Canines vs implants; nouvelles  perspectives

AJODO cover sept 2016 Schneider. Anodontie latérale, évaluation implants vs substitution de canines en orthodontie.

En 2016, Schneider et ses collègues ont fait une étude  pour déterminer comment un panel d’orthodontistes, de dentistes et un échantillon de la population en générale évaluaient l’attrait esthétique de différentes dentitions après la fermeture orthodontique d’espace en substituant des canines pour des incisives latérales manquantes comparé avec l’ouverture d’espaces et le remplacement prothétique des latérales par des couronnes sur implants.18

Méthodologie

Une série de photos intra-orales de 9 cas  furent présentées à 87 orthodontiste, 100 dentistes généralistes et 100 personnes  “profanes” provenant du public. Les dentitions avaient soit un implant dentaire unitaire,  une canine remplaçant une latérale manquante ou représentaient une dentition naturelle sans dents manquantes. Toutes les photos furent évaluées par chaque groupe.

La seule étude similaire comparant, à l’aide de photographies intra-orales de face, l’attrait esthétique de couronnes implanto-portées et ponts papillons (Maryland bridges) à la fermeture orthodontique des espaces par substitution des canines fut faite par Armbruster et ses collègues en 2005.20  La conclusion de cette étude fut que tous les groupes du panel d’orthodontistes, de dentistes et du public trouvèrent que le remplacement prothétique de latérales manquantes donnait de moins bons résultats esthétiques que la substitution par canine. Cependant, depuis 10 ans, des techniques chirurgicales sophistiquées ont été développées, de nouveaux designs d’implants dentaires sont apparus et des nouveaux matériaux prothétiques pour améliorer la stabilité à long terme des restaurations implanto-portées ont été développés. Le groupe de Schneider voulait donc vérifier si, 10 ans plus tard, la perception esthétique d’un panel similaire avait changée et particulièrement si les améliorations dans le domaine de la prosthodontie donnaient des résultats qui seraient plus esthétiques pour les couronnes implanto-portées remplaçant des latérales manquantes.

Résultats

Tous les groupes trouvèrent que les résultats esthétiques des couronnes implanto-portées remplaçant des latérales sont beaucoup plus attrayants qu’ils l’étaient il y a 10 ans. Les orthodontistes et dentistes jugèrent que l’esthétique des implants et de la substitution canine étaient similaires et aussi attrayants mais les “profanes” du public  préféraient les résultats avec ls fermeture d’espace et les canines. Cette étude révèle aussi que la perception de l’esthétisme dentaire peut varier entre des professionnels dentaires et le public.18

Les séries de photographies suivantes sont celles qui ont été montrées aux différents membres du panel de  “juges” pour évaluer l’esthétique des différents résultats comparés à des dentitions normales. Vous pouvez les évaluer vous-même pour connaître vos préférences esthétiques.18

 

Absence d'incisives latérales : Évaluation esthétique de la fermeture ou ouverture d'espace et remplacement par un implant dentaire

      • (A) Dentition normale sans aucune dent manquante.
      • (B) Fermeture d’espace avec substitution  d’une canine pour remplacer la latérale supérieur droite manquante. La première prémolaire supérieure gauche fut extraite pour compenser du côté opposé. La forme de la canine droite fut modifiée par améloplastie et ajout de composite dentaire.
      • (C) Fermeture d’espace avec substitution bilatérale des canines pour des latérales manquantes. Les canines maxillaires ont eu une améloplastie, du blanchiment et ont été reformées avec du composite dentaire.

 

comparaison-esthetique-5_3_6-incisive-laterale-canine-orthodontie-implant-schneider-ajodo-2016

      • (D) Couronnes implanto-portées remplaçant les 2 incisives latérales supérieures.
      • (E) Couronne sur implant dentaire remplaçant la latérale supérieure gauche. La latérale supérieure droite est une dent naturelle.
      • (F) Fermeture bilatérale des espaces des incisives latérales par substitution des canines. Les canines ont eu une améloplastie, du blanchiment et une modification par composite dentaire.

 

Absence d'incisives latérales : Évaluation esthétique de la fermeture ou ouverture d'espace et remplacement par un implant dentaire

      • (G) Dentition normale sans aucune dent manquante.
      • (H) Dentition normale sans aucune dent manquante.
      • (I) Couronne implanto-portée remplaçant la latérale supérieure droite manquante.

Pour voir une présentation vidéo par Dre Ute Schneider, une des co-auteures de cette étude18, résumant les travaux de son groupe en 2016.


➡ Pour voir d’autres cas d’anodontie des latérales supérieures.


*1 Sélection des articles l’étude de Silvera

Le diagramme suivant illustre le processus de sélection des différentes études utilisées pour la revue systématique par Silveira et ses confrères. Bien que près d’un millier d’articles traitent du sujet de la gestion d’espace lorsque des latérales sont manquantes dans les différentes bases de données scientifiques , seulement 9 répondaient à tous les rigoureux critères d’inclusion permettant d’être utilisée pour cette revue. 1

Revue systématique de la littérature sur la fermeture d'espace avec des latérales manquantes.


Références :
1- Proshtetic replacement vs space closure for maxillary lateral incison agenesis: A systematic review Silvera, GS, de Almeida, NV Pereira DM, Mattos CT, Mucha JN, J Orthod Dentofacial Orthop 2016; 150:228-37)
2- Carlson, H. Suggested treatment for missing lateral incisor cases. Angle Orthod. 1952;22:205–216.

3- Tuverson, D.L. Orthodontic treatment using canines in place of missing maxillary lateral incisors. Am J Orthod. 1970;58:109–127.
4- D’Amico, A. The canine teeth: normal functional relation of the natural teeth of man. J S Calif Dent Assoc. 1958;26:6–23.
5- Roth, R.H. The maintenance system and occlusal dynamics. Dent Clin North Am. 1976;20:761–788.
6- McNeill, R.W., Joondeph, D.R. Congenitally absent maxillary lateral incisors: treatment planning considerations. Angle Orthod. 1973;43:24–29.7- Kokich, V.O. Jr., Kinzer, G.A., Janakievski, J. Congenitally missing maxillary lateral incisors: restorative replacement [Point/Counterpoint]. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 2011;139:434–445.
8- Rosa, M., Zachrisson, B.U. Integrating esthetic dentistry and space closure in patients with missing maxillary lateral incisors. J Clin Orthod. 2001;35:221–234.
9- Nordquist, G.G., McNeill, R.W. Orthodontic vs. restorative treatment of the congenitally absent lateral incisor—long term periodontal and occlusal evaluation. J Periodontol. 1975;46:139–143.
10- Robertsson, S., Mohlin, B. The congenitally missing upper lateral incisor. A retrospective study of orthodontic space closure versus restorative treatment. Eur J Orthod. 2000;22:697–710.
11- Rosa, M., Zachrisson, B.U. Integrating space closure and esthetic dentistry in patients with missing maxillary lateral incisors. J Clin Orthod. 2007;41:563–573.
12- Zachrisson, B.U., Rosa, M., Toreskog, S. Congenitally missing maxillary lateral incisors: canine substitution [Point/Counterpoint]. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 2011;139:434–445.
13- De Marchi, L.M., Pini, N.I., Hayacibara, R.M., Silva, R.S., Pascotto, R.C. Congenitally missing maxillary lateral incisors: functional and periodontal aspects in patients treated with implants or space closure and tooth re-contouring. Open Dent J. 2012;6:248–254.
14- Pini NIP, De-Marchi LM, Gribel BF, Ramos AL, Furquim LZ, Pascotto RC. Analysis of width/height ratio and gingival zenith in patients with bilateral agenesis of maxillary lateral incisor. Dent Press J Orthod 2012;17:87-93.

15- Thilander B, Odman J, Jemt T. Single implants in the upper incisor region and their relationship to the adjacent teeth. An 8-year follow-up study. Clin Oral Implants Res 1999;10:346-55.
16- Thilander B, Odman J, Lekholm U. Orthodontic aspects of the use of oral implants in adolescents: a 10-year follow-up study. Eur J Orthod 2001;23:715-31.
17- Thilander B. Orthodontic space closure versus implant placement in subjects with missing teeth. J Oral Rehabil 2008;35(Suppl 1): 64-71.
18- Schneider,L, Moser L, Fornasetti M, Piattella M, Sicilianid G, Esthetic evaluation of implants vs canine substitutino in patients with cngenitally missing maxillary lateral incisor; Are there any new insights? Am J Orthod Dentofacial Orthop 2016; 150:416-24
19- Rosa M, Zachrisson BU. The space-closure alternative for missing maxillary lateral incisors: an update. J Clin Orthod 2010; 44: 540-549.
20 – Armbruster PC, Gardiner DM, Whitley JB Jr, Flerra J. The congen- itally missing maxillary lateral incisor. Part 2: assessing dentists’ preferences for treatment. World J Orthod 2005;6:376-81.
21- Johal A, Katsaros C, Kuijpers-Jagtman AM. Angle Society of Eu- rope membership. State of the science on controversial topics: missing maxillary lateral incisors—a report of the Angle Society of Europe 2012 meeting. Prog Orthod 2013;14:20.

  Dernière mise-à-jour : 2016-12-05 à 17:51:39 © Jules E. Lemay, OrthoLemay.com

 

 

 

 

 

Commentaires et/ou questions (2)

  1. Tibal dit :

    Solutions pour une incisive latérale manquante après l’orthodontie

    Bonjour, mon dentiste m’a conseillé la pose d’une prothèse dentaire incisive latérale gauche pour mon fils âgé de 17 ans qui termine son traitement orthodonthie mais après avoir lu vos articles, je suis très inquiet et regrette ce choix car il ne nous a pas renseigné sur ces inconvénients, j’en suis malade pouvez vous me rassuré ?

    • Dr Jules dit :

      Si le traitement d’orthodontie a maintenu un espace où il y avait une incisive latérale manquante, votre fils n’aura pas le choix que d’envisager porter une dent prothétique pour combler cet espace. À 17 ans, il est peu probable qu’un dentiste recommande la pose d’un implant dentaire comme solution tant que la croissance des mâchoires n’est pas terminée. Il existe plusieurs autres solutions ± temporaires qui peuvent être envisagées, certaines associées avec des appareils de rétention orthodontique. Votre orthodontiste et dentiste devraient se concerter pour déterminer ce qui serait le mieuc pour votre fils à court terme (immédiatement après la fin du traitement d’orthodontie) et à plus long terme à la fin de la croissance lorsqu’il pourra envisager une prothèse plus “permanente”.

Laisser un commentaire

*

*

*

Les champs suivis d’un astérisque* sont obligatoires.