Localisation des dents de sagesse

Merci de voter pour cet article

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 votes, moyenne: 5.00 sur 5)

Loading...

Les dents de sagesse ayant le plus de potentiel pour causer des problèmes tels que ceux décrits sur la page précédente sont celles qui sont incluses.

L’imagerie et la technologie pour localiser les dents incluses

  • Afin d’aider à déterminer les risques associés à la malposition d’une dent incluse, la prise de radiographie est essentielle.
  • Les radiographies les plus communément utilisées pour visualiser la région postérieure des arcades dentaires où sont situées les troisièmes molaires sont les radiographies panoramiques telles qu’illustrées sur la page précédente.
  • Ces radiographies “traditionnelles” en 2 dimensions sont d’une aide précieuse mais ont beaucoup de limites car elles ne montrent qu’un aspect ou une vue de la dent incluse et son environnement.
  • Les nouvelles technologies d’imagerie tri-dimensionnelle par tomodensitométrie volumique (“cone beam computer tomography“) n’ont pas leur égal pour localiser précisément une dent et l’évaluer en 3 dimensions. Cette technique d’imagerie devient rapidement la référence pour localiser les dents et structures buccales.
  • Nous venons d’acquérir (été 2012) une machine radiographique des plus performantes permettant d’obtenir de telles images. La prise d’une seule radiographie volumique permet, à l’aide de logiciels spécialisés, d’obtenir et d’extraire des centaines d’images dans toutes les dimensions, de générer des vidéos tri-dimensionnelles permettant de localiser précisément une  dent incluse et d’évaluer si les structures adjacentes (racines des autres dents et os) sont intacts.

De puissants logiciels permettent de d’assembler l’information obtenue lors de la prise de la radiographie et de créer différentes vues tri-dimensionnelles qui peuvent être manipulées dans toutes les directions afin de mieux évaluer la position des dents et des structures avoisinantes. Cette technologie s’avère particulièrement utile en présence de dents incluses comme le démontre l’exemple ci-dessous.

(A) Cette radiographie panoramique, bien qu’elle soit d’une qualité supérieure, montre la deuxième molaire inférieure gauche qui est incluse (*). Cette dent fut gardée sous observation pendant plus d’une année avant de prendre cette radiographie de ré-évaluation pour voir la progression de l’éruption de cette molaire. La radiographie panoramique montre que la molaire est toujours incluse et penchée vers l’avant contre la première molaire mais rien ne laisse deviner l’ampleur de la malposition qui a été révélée par la prise d’un autre radiographie volumétrique tri-dimensionnelle.

(B) Ces clichés, qui ne sont que quelques uns des centaines qui pourraient être extraits d’une radiographie tri-dimensionnelle, montrent quelques vues différentes de cette molaire. ON réalise alors que, non seulement cette dent est penchée vers l’avant mais aussi vers l’intérieur de la bouche (côté de la langue). Il est maintenant clair qu’il est inutile d’attendre que cette dent sorte par elle même et se loge convenablement à l’arrière de l’arcade dentaire.

Radiographie panoramique montrant une molaire incluse pendant un traitement orthodontique

CBCT radiographie molaire incluse orthodontie

La vidéo ci-contre montre cette même deuxième molaire incluse ce qui illustre bien le potentiel diagnostic de l’imagerie en 3D. La radiographie radiographie panoramique  (A) “traditionnelle” montrait une dent incluse (flèche) mais rien ne laissait présager de la malposition extrême de cette dent qui est basculée vers l’intérieur et qui commence à faire éruption à travers l’os mandibulaire du côté de la langue. L’imagerie tri-dimensionnelle révèle la complexité de cette malposition.

Localisation des dents incluses

  • L’endroit où se situe une dent incluse et son “degré” d’inclusion sont critiques dans l’évaluation des chances de succès de loger cette dent dans l’arcade dentaire.
  • L’imagerie est la meilleure façon d’évaluer la position d’une dent incluse. Les radiographies traditionnelles décrites ci-dessus sont d’une aide précieuse à cet effet (voir les exemples sur cette page) mais les nouvelles technologies d’imagerie tri-dimensionnelle par tomodensitométrie volumique (“cone beam computer tomography“) n’ont pas leur égal pour localiser précisément une dent et évaluer son environnement.
  • Nous venons d’acquérir (été 2012) une machine radiographique des plus performantes permettant d’obtenir de telles images. La prise d’une seule radiographie volumique permet, à l’aide de logiciels spécialisés, d’obtenir et d’extraire des centaines d’images dans toutes les dimensions, de localiser précisément une dent et d’évaluer si les structures adjacentes (racines des autres dents, nerfs et os) sont intacts.
Utilisation d'une tomodensitométrie volumique (cone beam) pour localiser une canine incluse

Exemple de clichés obtenus à l’aide d’une tomodensitométrie volumique tri-dimensionnelle pour localiser une canine incluse palatine (indiquée par les flèches). Ceci permet de s’assurer que la racine de la latérale n’est pas affectée par la dent incluse.

À venir:

Radiographies occlusales, céphalométriques antéro-postérieure, tomographiques,

En construction…


Source : * : Mise au point sur la publication d’un article concernant les radiographies dentaires – Complément d’information, Denis Forest, Ordre des dentistes du Québec, Avril 2012.

 

Copyright ©, tous doits réservés - All rights reserved. orthoLemay.com www.orthodontisteenligne.com orthodontiste à Sherbrooke ➡ Dernière mise-à-jour : 2017-06-02 à 14:16:38 © Jules E. Lemay, OrthoLemay.com – Tous droits réservés / All rights reserved
Publié le : Oct 22, 2012 @ 18:30

 

Commentaires et/ou questions (2)

  1. Benjamin dit :

    Extraction préventive des quatre dents de sagesse à l’âge de 12 ans?
    Bonjour, je m’appelle Benjamin. Mon fils qui a 12 ans doit se faire enlever les 4 dents de sagesse. Un stomatologue nous a conseillé l’intervention chirurgicale car ces 4 dents risque de causer des dégâts sur sa dentition et de nombreux autres problèmes.
    Excite t-il d’autres solutions car il est très inquiet a l’idée de se faire opérer ?
    Merci de votre réponse.

    • Dr Jules dit :

      Une fois déterminé que les dents de sagesse doivent être extraite (peu importe la raison) il n’existe pas d’autre solution qu’une chirurgie pour les extraire à moins de les garder (ne pas les extraire).
      Cependant si on vous dit que l’indication pour les extraire est d’éviter que les autres dents ne se déplacent, lisez cette autres section sur les dents de sagesse.

      Mais La vrais question est peut-être “Est-il indiqué d’extraire des dents de sagesse chez un enfant de 12 ans de façon prophylactique ou préventive“?

      Il est extrêmement rare de recommander l’extraction de dents de sagesse (surtout les 4) chez un enfant de 12 ans (surtout un garçon qui a un développement dentaire plus lent). Il nous arrive parfois de recommander l’extraction d’une dent de sagesse ou 2 chez un adolescent parce que cette dernière nuit à l’éruption de la seconde molaire juste devant mais en 28 ans de pratique d’orthodontie, je n’ai jamais eu à recommandé l’extraction des 4 dents de sagesse chez un jeune ado.

      Il faut aussi comprendre qu’il y a des différences d’opinion et de protocoles concernant la gestion des dents de sagesse ou troisièmes molaires entre les praticiens nord-américains et les européens. En Europe, ils ont tendance à faire extraire les troisièmes molaires beaucoup plus jeune avant qu’elles ne soient beaucoup formées tel que vous le constaterez dans cette autre réponsequi est pratiquement la même question que la vôtre.

      Nous ne désirons habituellement pas commenter des radiographies des cas particuliers des lecteurs car on en serait inondés mais le cas de votre garçon pique ma curiosité quant aux indications pur recommander de telles extractions si tôt alors si vous pouviez mettre sa radiographie panoramique sur un site qui héberge des images et m’envoyer le lien, j’y jetterai un coup d’oeil.

      Voici un exemple peu commun où il est indiqué d’extraire une dent de sagesse (* noir) vers 12-13 ans car elle cause un problème d’éruption à la deuxième molaire (* vert).

      Pour en savoir plus sur ce cas et voir une vidééo montrant ce problème d’éruption en 3 dimensions à l’aide d’une tomodensitométrie volumique à faisceau conique (TVFC).

      TVFC CBCT  montrant une obstruction d'éruption d'une deuxième molaire par une dent de sagesse.

Laisser un commentaire

*

*

*

Les champs suivis d’un astérisque* sont obligatoires.